Arrivée des premiers convois humanitaires à Madaya en Syrie
Arrivée des premiers convois humanitaires à Madaya en Syrie © MaxPPP / Youssef Badawi

Plusieurs organisations humanitaires sont entrées dans la ville de Madaya et dans deux autres villages en Syrie, près de la frontière libanaise. La ville de 40 000 habitants est assiégée par les forces gouvernementales depuis juillet 2015. La crise humanitaire sur place est sans précédent .

Des camions d'aide sont entrés dans Madaya puis dans Al Foua et Kefraya a annoncé lundi 11 janvier la Croix-Rouge, après la signature d'un accord entre belligérants. Depuis 3 mois, la ville n'a reçu aucune aide de l'extérieur. Un soutien humanitaire attendu depuis octobre dernier, où un acheminement d'aide et de denrées alimentaires avait pu rentrer dans la ville ainsi que dans deux autres localités et ravitailler les populations.

Une situation catastrophique

Robert Mardini est Directeur Régional des opérations de la Croix-Rouge Internationale (CICR) pour le Proche et le Moyen-Orient. Contacté par Etienne Kocher dans le journal de 13h de Claire Servajean, il explique que la situation est "encore plus catastrophique" que ce qu'ils imaginaient. "Les familles préparent des potages avec simplement des épices dedans". Sur place "il fait froid, il n'y a pas d'électricité" raconte t-il.

Au moins dix personnes sont mortes de faim à Madaya au cours des six dernières semaines, d'après l'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme (OSDH). L'organisation humanitaire Médecins Sans Frontières (MSF) a annoncé un bilan supérieur. Selon l'association, 23 personnes seraient mortes de faim depuis le 1er décembre.

Le siège de la ville a fait grimper les prix du riz ou du sucre, denrées alimentaires indispensables pour la population.

Lors de la présentation de ses voeux à la presse lundi, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a jugé la situation dans les villes assiégées "inadmissible".

Le ministre appelle à ce que ce "calvaire" cesse au micro de Bertrand Gallicher :

Le patron des opérations humanitaires de l'ONU, Stephen O'Brien, a communiqué sur son compte Twitter. Il a appelé à ce que l'évacuation de 400 personnes soit immédiate. Ces centaines de personnes doivent être évacuées pour être prises en charge correctement.

Rony Brauman est ancien président de Médecins Sans Frontières. Invité de Claire Servajean dans Inter 13, il salue l'arrivée des convois du Croissant Rouge et de la Croix-Rouge Internationale dans les villes assiégées. Il explique néanmoins que l'aide humanitaire ne doit pas être ponctuelle, mais hebdomadaire pour répondre à l'urgence de la crise sur place.

►►► Ecoutez l'interview de Rony Brauman, invité de Claire Servajean dans le journal de 13h00

Le gouvernement de Bachar Al-Assad a cédé aux pressions des associations, de l'ONU et des médias. Depuis juillet 2015, la ville de Madaya est assiégée par les forces gouvernementales et par des milices du Hezbollah. Personne ne peut ni y rentrer, ni en sortir. Les civils, au nombre de 20 000, sont soumis à une terrible famine et les humanitaires sur place sont dépassés par la situation.

Aujourd'hui, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a demandé l'autorisation au gouvernement syrien d'envoyer des cliniques mobiles à Madaya. L'organisation voudrait évaluer l'étendue de la malnutrition et procéder à l'évacuation des cas les plus critiques.

Des négociations entre l'opposition syrienne et le régime de Bachar Al-Assad doivent être entamées le 25 janvier à Genève sous l'égide de l'ONU.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.