David Cameron a tenu une réunion de crise à Londres
David Cameron a tenu une réunion de crise à Londres © EPA/MaxPPP

Les djihadistes de l'État islamique (EI) ont diffusé samedi une vidéo revendiquant la décapitation de l'otage britannique David Haines.

Originaire de Perth en Écosse, David Haines, âgé de 44 ans et père de deux enfants, a été enlevé en mars 2013 en Syrie où il travaillait pour l'ONG française Acted. Le Premier ministre David Cameron a condamné un meurtre "abject et épouvantable, un acte de pure cruauté", dans un communiqué diffusé par Downing Street :

Mes pensées vont à la famille de David Haines qui a fait preuve d'un courage et d'une force extraordinaires. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour traquer ces assassins et nous assurer qu'ils seront traduits en justice, quel que soit le temps que cela prendra.

David Cameron est rentré précipitamment à Downing Street samedi soir. Le récit à Londres de Franck Mathevon

L'Élysée a, de son côté, dénoncé "l'odieux assassinat de David Haines (qui) montre une nouvelle fois combien la communauté internationale doit se mobiliser contre Daesh (l'acronyme arabe de l'EI), organisation de la lâcheté et de l'abjection".

Les images sont similaires à celles des exécutions filmées des journalistes américains James Foley et Steven Sotloff, diffusées respectivement les 19 août et 2 septembre derniers.

Un autre otage menacé

À la fin de la vidéo, un autre otage identifié sous le nom d'Alan Henning est montré et le bourreau de David Haines annonce qu'il sera tué si le gouvernement britannique continue de soutenir la lutte contre l'État islamique. La Grande-Bretagne participe à la coalition internationale mise sur pied par les États-Unis pour lutter contre le groupe radical sunnite qui contrôle de vastes territoires dans l'est de la Syrie et depuis juin, dans le nord de l'Irak.

►►► ALLER PLUS LOIN | État islamique : la troisième guerre d'Irak

La vidéo, intitulée "Un message aux alliés de l'Amérique", débute par des images de David Cameron évoquant la collaboration de Londres avec le gouvernement irakien et les forces kurdes (peshmergas) pour vaincre l'EI.

Triple message

"Cet individu britannique doit payer le prix de votre promesse, Cameron, d'armer les peshmergas contre l'État islamique", déclare un homme cagoulé vêtu de noir, debout à côté de Haines, qui est à genoux et en tunique orange. L'otage est ensuite contraint de lire une déclaration dans laquelle il accuse David Cameron d'avoir volontairement rejoint une coalition avec les États-Unis contre l'État islamique.

"L'EI envoie trois messages à l'Occident", d'après le chercheur et consultant sur les questions islamistes, Romain Caillet (propos recueillis par Jules Lavie)

James Foley et Steven Sotloff avaient eux aussi été contraints de lire des déclarations mettant en cause le président Barack Obama. Le bourreau de David Haines, qui a l'accent anglais, semble être le même que celui des deux reporters américains.

La présence de l'État islamique en Syrie et en Irak
La présence de l'État islamique en Syrie et en Irak © radio-france
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.