L'homme s'est fait exploser dans un quartier touristique de la ville.
L'homme s'est fait exploser dans un quartier touristique de la ville. © MaxPPP

En Turquie, six jours après Ankara, c'est Istanbul qui a été frappée samedi matin par un attentat qui a fait selon le dernier bilan 4 morts et une quarantaine de blessés parmi lesquels on compte notamment des ressortissants étrangers. L'attentat n'a toujours pas été revendiqué, mais la piste de l'Etat islamique semble désormais privilégiée.

Les autorités turques ont rapidement évoqué la piste kurde après l'attentat-suicide de samedi, mais c'est l'hypothèse de Daech qui semble désormais plus probable.

Sympathisant de l'Etat islamique

L'identité d'un homme de 33 ans, Savaş Yildiz, a été révélée par certains médias pro-gouvernementaux. Ce sympathisant de l'Etat islamique, déjà suspecté d'avoir attaqué des bureaux du parti pro-kurde de gauche HDP, pourrait être le kamikaze de l'avenue Istiklal. Mais plusieurs questions sont toujours sans réponse. Notamment, quelle était la cible de ce kamikaze, alors que les victimes sont essentiellement des touristes étrangers, trois israéliens et un iranien, mais que l'explosion a eu lieu devant un bâtiment officiel de l'administration turque ?

Après l'attentat d'Ankara dimanche dernier, revendiqué par un mouvement kurde, la Turquie aurait donc été frappée deux fois en quelques jours par deux groupes différents. Le pays est désormais en état d'alerte maximale. L'efficacité des services de renseignements est à nouveau remise en question.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.