Zone de sécurité après l'explosion dans le centre historique d'Istanbul
Zone de sécurité après l'explosion dans le centre historique d'Istanbul © Sipa

Une puissante explosion d'origine inconnue a fait au moins 10 morts, dont 9 Allemands, et 15 blessées ce mardi matin dans le quartier touristique de Sultanahmet, près de la basilique Sainte-Sophie et de la Mosquée bleue, à Istanbul. Le président Erdogan évoque un attentat suicide commis par un syrien appartenant au groupe Etat Islamique.

Dix personnes ont été tuées, dont 9 touristes allemands et 15 autres blessées dans l'explosion survenue ce mardi place Sultanahmet, dans le quartier historique et touristique de la capitale turque.

►►► Ecoutez les précisions d'Alexandre Billette à Istanbul

Erdogan évoque un attentat suicide

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a pris la parole. Il affirme que l'explosion d'Istanbul est due à un "attentat suicide d'origine syrienne ". Le djihadiste serait né en 1988 et appartient au groupe Etat Islamique.

Des ambulances sont arrivées place Sultanahmet, proche de la Mosquée bleue et de la basilique Sainte-Sophie, pour évacuer les blessés.

La plupart des victimes sont allemandes

La grande partie des victimes sont des touristes allemands. Parmi les 10 personnes tuées ce mardi matin dans l'explosion, 9 sont des allemands.

Le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu a annoncé à Angela Merkel que la plupart des morts sont allemands. La chancelière allemande Angela Merkel confirme que des Allemands figurent "probablement " parmi les victimes de l'attentat.

Les personnes concernées sont membres d'un groupe de voyage organisé. (Angela Merkel)

Tous les pays "qui sont attaqués par le terrorisme doivent être solidaires", a affirmé Manuel Valls. Le Premier ministre français précise n'avoir "à ce stade aucune information" sur la présence éventuelle de Français parmi les victimes. "Il est fortement recommandé d'éviter ce secteur ", a écrit le quai d'Orsay sur sa page de conseil aux voyageurs.

Black out médiatique

La police a bouclé les lieux et les médias ont l'interdiction de diffuser des informations.

Réunion de crise à Ankara

Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a convoqué ce mardi une réunion de crise à Ankara après ce probable attentat. Les principaux responsables de la sécurité, dont le ministre de l'Intérieur Efkan Ala et le chef des renseignements secrets (MIT), Hakan Fidan, étaient notamment appelés à y participer.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.