double attentat meurtrier à beyrouth
double attentat meurtrier à beyrouth © reuters

Deux explosions ont fait au moins 23 morts et 150 blessés ce matin dans le sud de Beyrouth, près de l'ambassade d'Iran. Le double attentat est revendiqué par les brigades Abdullah Azzam, liées à Al Qaïda. Paris condamne "avec la plus grande fermeté".

Au moins 23 personnes,dont le conseiller culturel iranien , ont été tuées et près de 150 ont été blessées dans un double attentat ce matin à Beyrouth devant l'ambassade d'Iran. La guerre civile en Syrie, voisine du Liban, a accentué les tensions entre les sunnites et les chiites. Et l’Iran est le principal allié du régime syrien.

A ECOUTER > Les précisions de notre correspondante sur place à Beyrouth, Valérie Crova, dans le journal de 13h de Claire Servajean

La revendication d’un groupe lié à Al Qaïda

L'explosion s'est produite peu avant 10H00 à Bir-Hassan, un quartier résidentiel du sud de Beyrouth à majorité chiite et bastion du Hezbollah. Quelques heures plus tard, il était revendiqué par les brigades Abdullah Azzam, liées à Al Qaïda.

Une moto a d'abord explosé suivie quelques minutes plus tard par une voiture qui se trouvait à 30 mètres. Nous ne pouvons pas encore dire s'il s'agit d'attentats suicide ou d'explosions actionnées à distance Les attentats visaient probablement l'ambassade d'Iran. (un haut responsable des services de sécurité)

Il s'agit du troisième attentat visant un bastion du Hezbollah chiite, puissant parti libanais armé combattant en Syrie auprès des troupes de Bachar al-Assad, et dont le principal parrain est Téhéran.

Le poste du gardien de l'ambassade d'Iran a été dévasté ainsi que les façades d'au moins quatre immeubles en face de l'ambassade. Sur place, des dizaines de motos et de voitures étaient calcinées.

La Syrie condamne

La Syrie a fermement condamné le double attentat rapporte la télévision publique syrienne, accusant sans les nommer les pays du Golfe, hostiles à Damas d'en être les responsables.

Le gouvernement syrien condamne fermement l'acte terroriste perpétré près de l'ambassade iranienne à Beyrouth. L’odeur du pétrodollar se dégage de tous les actes terroristes frappant la Syrie, le Liban et l'Irak. (télévision syrienne)

L’Iran accuse Israël

Téhéran a accusé Israël d'être responsable du double attentat.

L'acte terroriste perpétré devant l'ambassade iranienne est un crime inhumain et haineux des sionistes et de leurs mercenaires. (Marzieh Afkham, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères)

Paris condamne "avec la plus grande fermeté "

La France a condamné aujourd’hui "avec la plus grande fermeté l'attentat sanglant " qui s'est produit devant l'ambassade d'Iran à Beyrouth.

Paris "réitère son soutien au gouvernement libanais pour préserver l'unité nationale ", ajoutent les services de la présidence de la République française.

Dans un communiqué séparé, le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a condamné, dans les mêmes termes, ce double attentat perpétré devant l'ambassade d'Iran et qui a fait au moins 23 morts.

L’attentat est perpétré au moment où François Hollande achève aujourd’hui une visite de trois jours en Israël. Les deux premiers jours ont été consacrés à la question du nucléaire iranien et aux négociations israélo-palestiniennes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.