Une semaine après l'attentat du London Bridge, le cousin de l'une des trois victimes françaises parle au nom de sa famille, en rejetant toute haine et tout sentiment de revanche.

Mur de messages de soutien à Londres après l'attentat du 2 juin
Mur de messages de soutien à Londres après l'attentat du 2 juin © Radio France / Marion L'Hour

C’était il y a une semaine : une camionnette de location fonce sur le pont, puis ses conducteurs en sortent et poignardent au hasard les passants. Bilan : huit morts dont trois Français. Parmi eux, Sébastien Bélanger, 36 ans, chef cuisinier au Coq d’Argent et installé depuis sept ans dans la capitale britannique. Une partie de sa famille (nombreuse et originaire d’Angers) est venue à Londres. Thierry Bélanger, le cousin de Sébastien a accepté de se confier à France Inter.

► ÉCOUTEZ | Son témoignage au micro de Marion L'Hour

"On nous annonce que l'enquête va être très longue"

Son cousin évoque d'abord quelqu'un "de simple, qui aimait rigoler, partager. On ne pouvait que l'aimer". Le soir de l'attentat, Sébastien Bélanger décide d'aller boire encore un verre avant de rentrer chez lui. "Il a reçu des coups de couteaux, on ne sait pas encore combien, l'enquête est toujours en cours. On nous annonce qu'elle va être très longue et que d'ici six mois, on aura le déroulé de la soirée avec le détail précis de ce qu'a pu vivre Sébastien et toutes les autres victimes".

En apprenant la nouvelle, la famille se retrouve à Angers, et doit faire face à des informations contradictoires, à "plein de confusion"."Pour nous au départ, il y avait l'espoir de le retrouver vivant quelque part. Dans la journée de mardi, on se disait déjà qu'il n'y avait peut-être plus d'espoir."

Une fois l'émotion passée, la famille veut toutefois porter un message, que le terrorisme ne se combattra pas avec de la haine. "Je crois que la haine, c'est un peu ce que veulent ces terroristes. Ce serait leur donner raison que d'avoir ce sentiment. Pour nous ce qui est important c'est de pouvoir faire le deuil le mieux possible de Sébastien. Qu'il soit fier de nous. On a deux priorités : de pouvoir se rendre sur les lieux, et de rencontrer Robin et Alexandre, les deux copains de Sébastien qui ont partagé ses derniers moments."

Communiqué : "Nous sommes plus forts que ce terrorisme"

La famille de Sébastien Bélanger a souhaité diffuser ce communiqué, adressé notamment à ses soutiens, que nous reproduisons ici.

"Depuis plusieurs mois, Sébastien nous parlait avec son enthousiasme communicatif de son prochain départ pour son tour du monde. Avec des copains bien évidemment. Toujours entouré et apprécié, généreux et souriant, mettant en avant ses valeurs de la famille, de l’amitié, du travail, de la convivialité, un vrai espoir de vie pour tous ceux qui le côtoyaient. Sébastien véhiculait de la joie ainsi que de l’accomplissement dans sa vie privée et professionnelle. Mais ce rêve de voyage, la folie, une folie qui nous échappe, en a décidé autrement. Sébastien, c’est un autre voyage qui t’attend, celui qui fait désormais de toi une étoile de nos nuits. Avec nous tous, proches, amis, et collègues dans ton cœur. Avec toi dans nos cœurs. Tu es tombé au milieu de tes passions : le football un soir de match, le pub entre amis. Si jeune, quelle injustice. Mais nous sommes plus forts que ce terrorisme que nous ne combattrons pas avec de la haine, mais avec notre amour. L’amour de tes proches, de tes copains et de tes collègues. L’amour aussi de tous ces anonymes, qui par leurs attentions et solidarité se sont incroyablement mobilisés ces jours-ci. Que chacun en soit sincèrement remercié, tout comme les autorités, policiers, et journalistes, qui nous ont humainement accompagnés au nom de Sébastien, au nom de la vie."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.