A 50 kilomètres de Tokyo, un homme s’est introduit dans un centre pour handicapés mentaux, armé de plusieurs couteaux. Il a tué 19 personnes et en a blessé 25.

Tout près de Tokyo, un homme s’est introduit dans un centre pour handicapés mentaux, armé de plusieurs couteaux. Il a tué 19 personnes et en a blessé 25.
Tout près de Tokyo, un homme s’est introduit dans un centre pour handicapés mentaux, armé de plusieurs couteaux. Il a tué 19 personnes et en a blessé 25. © Maxppp / KIMIMASA MAYAMA

Satoshi Uematsu, 26 ans, est entré par effraction dans ce centre. Il aurait ligoté les membres du personnel présents avant de massacrer les patients. Il s’est ensuite rendu à la police, expliquant que : "les handicapés devraient tous disparaître", selon les propos rapportés par des médias nippons. "Il portait des couteaux de cuisine et d'autres types de lames tachées de sang", a détaillé Shinya Sakuma, chef de la préfecture de Kanagawa.

Il a tué neuf hommes et 10 femmes qui avaient entre de 18 à 70 ans. Par ailleurs, 25 personnes ont été blessées, parmi lesquels 20 sont touchées gravement. Ces personnes ont été transportées dans six hôpitaux différents. "Les patients sont très choqués, ils n'arrivent pas à parler", a dit un médecin. Le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, a regretté un "incident extrêmement tragique et choquant".

Ce vaste établissement, situé à 50 kilomètres de Tokyo, accueille 150 personnes pour des séjours de longue durée et 10 de façon temporaire. Le meurtrier présumé travaillait dans ce centre qu'il avait quitté en février dernier. « Il est très souriant et nous dit toujours bonjour, il semblait être un bon garçon, c'est incroyable », a expliqué Akihiro Hasegawa, 73 ans.

Ce drame apparaît comme l'un des plus sanglants au Japon depuis 1938. A l’époque, un homme armé d'une hache, d'un sabre et d'un fusil tua 30 personnes, avant de se suicider. Les tueries de masse sont rares au Japon. Le pays possède une législation sévère du contrôle des armes et le taux. Par ailleurs, le taux de criminalité y est relativement faible.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.