A Rabat, manifestation de soutien à deux femmes arrêtées pour avoir porté des robes
A Rabat, manifestation de soutien à deux femmes arrêtées pour avoir porté des robes © MaxPPP / Joelle Vassort

Le tribunal d'Agadir a tranché : les deux Marocaines, arrêtées pour outrage à la pudeur, ont été innocentées lundi. Leur interpellation le 16 juin avait suscité une vague d'indignation.

Les associations marocaines saluent cet acquittement, considéré comme un "signe positif". La décision de ce tribunal du sud du Maroc "signifie que porter ce type de vêtement [des robes, ndlr] n'est pas un crime", explique la présidente de la Fédération de la Ligue des droits de femmes (LDDF), Fouzia Assouli.

Une loi bientôt revue

Le 16 juin dernier, les deux jeunes femmes de 19 et 23 ans, avaient été arrêtées sur le marché d'Inezgane, sur le chemin du travail. Plusieurs personnes les ont entourées, jugeant leur tenue "contraires aux bonnes moeurs", jusqu'à ce que la poluice intervienne. Elles ont ensuite été poursuivies pour "outrage à la pudeur", encourant jusqu'à deux ans de prison.

Suite à leur arrestation, des manifestations avaient été organisées à Rabat, Casablanca et Marrakech sous le slogan "Mettre une robe n'est pas un crime" et des centaines d'avocats avaient proposé de s'occuper de leur défense. Cette décision devrait accélérer l'adoption de la loi criminalisant la violence à l'égard des femmes.

Les explications de Joan Longuépée

Dans le sillage de ce procès, la police avait arrêté début juillet deux hommes accusés d'avoir agressé ces deux femmes. Ils risquent un mois à deux ans de prison. Leur procès n'a pas encore commencé.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.