Le candidat de gauche Andres Manuel Lopez Obrador a obtenu dimanche entre 53% et 53,8% des voix lors de l'élection présidentielle au Mexique, selon une estimation officielle de l'Institut national électoral mexicain (INE). Les commentateurs locaux évoquent un véritable 'ouragan national'.

A Mexico, Andres Manuel Lopez Obrador, élu nouveau président du Mexique, se présente devant ses supporters le 1er juillet 2018
A Mexico, Andres Manuel Lopez Obrador, élu nouveau président du Mexique, se présente devant ses supporters le 1er juillet 2018 © Getty / Carlos Tischler

Andres Manuel Lopez Obrador, 64 ans, a été élu dimanche à la présidence du Mexique pour un mandat de six ans. Selon une estimation officielle, l'ancien maire de Mexico obtiendrait entre 53% et 53,8% et des voix, devant le jeune conservateur Ricardo Anaya avec environ 22% des voix, et Jose Antonio Meade, du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), le parti au pouvoir, avec environ 16%.

Lopez Obrador deviendra le premier président de gauche et sa victoire chasse le Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), au pouvoir depuis des décennies.

"Un jour historique"

"C'est un jour historique", avait lancé dans la matinée à la presse le futur président, surnommé "AMLO", ses initiales, avant de voter à Mexico, promettant de lutter contre la corruption et chasser la "mafia du pouvoir". 

Après deux échecs successifs, ce vétéran de la gauche, âgé de 64 ans, obtient un succès sans précédent au niveau national, mais également régional et local, en décrochant au moins six postes de gouverneurs sur les neuf en jeu, avec son parti, le Mouvement de régénération nationale (Morena). Le Morena, lui, s'imposerait dans les Etats de Veracruz, Morelos, Puebla, Chiapas, Tabasco ainsi qu'à Mexico. Et pour la première fois, une femme, Claudia Sheinbaum, scientifique de 56 ans et fidèle de "AMLO", sera à la tête de la mégapole mexicaine aux plus de 20 millions d'habitants. 

Avec ses alliés, Lopez Obrador, qui prendra ses fonctions en décembre prochain, obtiendrait une majorité à l'Assemblée, avec au moins 250 sièges de députés. Plus de 18.000 mandats, dont 128 sénateurs, étaient également en jeu.  Il s'agit d'un "ouragan national", commentait sur la chaîne Televisa le politologue Jesus Silva Herzog Marquez. 

Après l'annonce des résultats, Lopez Obrador est apparu au balcon de son parti pour saluer ses partisans, vêtu d'un costume sombre, avant de se rendre en voiture à son QG de campagne, suivi de nombreuses motos de presse, tandis que, dans le centre historique de la capitale, ses supporters parcouraient les rues en agitant des drapeaux mexicains.

Félicitations de Donald Trump

Le président américain Donald Trump a également félicité Lopez Obrador et s'est dit "prêt à travailler" avec lui.  

"Il y a beaucoup à faire pour le bien à la fois des Etats-Unis et du Mexique!", a tweeté Trump, dont la politique commerciale et sur l'immigration a plongé les relations avec son voisin mexicain au plus bas de leur histoire. Lopez Obrador lui a répondu qu'il souhaitait une relation d'"amitié et de coopération" avec les États-Unis, après avoir promis au pays "des changements profonds" et "sans dictature". 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.