Des milliers d'habitants de Katmandou s'apprêtent à passer une seconde nuit dans le froid et la pluie glacée
Des milliers d'habitants de Katmandou s'apprêtent à passer une seconde nuit dans le froid et la pluie glacée © Reuters / Adnan Abidi

Le séisme dévastateur qui a frappé le Népal samedi a fait au moins 3.400 morts, dont deux Français, et le double de blessés, selon un nouveau bilan communiqué lundi, susceptible de s’alourdir encore. Des secouristes du monde entier sont arrivés à Katmandou pour prêter main forte à des habitants démunis, privés pour beaucoup de leur logement.

Il s’agit du plus grave séisme survenu dans le pays après celui de 1934, qui avait fait plus de 8.500 morts, et avec 3.400 victimes recensées par les autorités népalaises lundi et au moins le double de blessés, son bilan macabre pourrait continuer à s’alourdir. Sur le terrain, l'aide internationale tarde à arriver, d'autant que son acheminement est perturbé en raison de l'état de l'aéroport de Katmandou. La France est sans nouvelle de 674 de ses ressortissants.

Les répliques de séisme font écrouler tout ce qui reste debout. On ne sait pas du tout comment la vie va bien pouvoir reprendre ici…

"On vit vraiment heure par heure... Nous sommes trois, avec un bébé. peut-être dormirons-nous dans notre maison cette nuit, ou peut être encore dans le jardin, une nouvelle nuit. Les répliques de séisme font écrouler tout ce qui reste debout. On ne sait pas du tout comment la vie va bien pouvoir reprendre ici… ", témoigne une Française présente au moment du séisme.

Une Française installée à Katmandou témoigne :

Les familles dorment sous la pluie dans les rues verglacées

Dans la capitale et ailleurs, des familles épuisées dont les logements ont soit été détruits soient menacent de s'effondrer ont posé des matelas dans les rues et monter des tentes pour se protéger de la pluie. Les rares magasins ouverts n'ont plus grand chose à proposer et le seul moyen d'obtenir de l'eau est de patienter dans les longues files d'attentes qui s'étirent derrière les camions citerne. Les autorités tentent de fournir des abris aux milliers d'habitants de Katmandou qui s'apprêtent à passer une seconde nuit dans les rues dans un froid glacial et sous une pluie verglaçante.

"On a rien.. On a laissé toutes nos affaires dans nos maisons. Je garde le même tee-shirt depuis quatre jours. Et je n’ai quasiment rien mangé", témoigne un habitant de Katmandou :

Un camp d’alpiniste détruit par une avalanche sur l’Everest

Selon un bilan encore provisoire communiqué en début de journée par le ministère de l'Intérieur, 3.218 personnes ont péri et près de 6.538 autres ont été blessées par la secousse d'une magnitude de 7,9 sur l'échelle de Richter, également ressentie sur les pentes du mont Everest où une avalanche a partiellement détruit le camp de base, faisant au moins 17 morts.

Deux Français parmi les victimes

En fin de matinée, Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, annonçait que deux Français figurait parmi les victimes. Il s'agirait, selon Romain Nadal, le porte-parole du ministère des Affaires Etrangères, d'un couple dont l'homme travaillait au cabinet de Fleur Pellerin, la ministre de la Culture. A Paris, le centre de crise du Quai d'Orsay mis en place après le séisme meurtrier au Népal a reçu plus de 9.300 appels et reste toujours sans nouvelles de plusieurs centaines de ses ressortissants.

Malheureusement, le décès de deux de nos compatriotes qui étaient en vacances et qui ont été tués par un éboulement à Katmandou est confirmé. Une dizaine de Français sont blessés et nous restons sans nouvelles de 676 autres

"Nous avons pu localiser 1.400 Français sains et saufs. Et nous venons de retrouver un groupe de huit trackers à propos duquel nous avions des inquiétudes vives. Malheureusement, le décès de deux de nos compatriotes qui étaient en vacances et qui ont été tués par un éboulement à Katmandou est confirmé. Une dizaine de Français sont blessés et nous restons sans nouvelles de 676 autres, en raison notamment des difficultés de communication dans le pays ", a expliqué dans une déclaration à la presse la ministre des Affaires étrangères.

Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères :

Une équipe humanitaire dépêchée sur place

Selon Romain Nadal, le porte-parole du Quai d’Orsay, une première équipe composée de pompier et d’agents de la sécurité civile ainsi que de représentants du ministère de l’Intérieur va être dépêchée sur place pour évaluer les besoins. Cette équipe de onze personne devrait décoller dans la journée de lundi. Le président de la République, François Hollande, a promis en fin de matinée l'envoi de moyens supplémentaires.

Romain Nadal, porte-parole du Quai d'Orsay :

Un second avion de fret sera envoyé dans un second temps avec des moyens médicaux et des personnels humanitaires spécialisés. Il souligne que la première difficulté sera de recenser et de joindre les ressortissants français installés au Népal, lesquels ne se sont pas forcément fait connaître lors de leur déplacement dans le pays.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.