Matthieu Ricard est docteur en génétique cellulaire, auteur et moine bouddhiste tibétain, évoque au micor de Denis Cheissoux (CO2 mon amour) le projet (fou !) développé par Bunker Roy : son Barefoot College ("le collège des Va-nu-pieds"), gratuit, qui propose aux grands-mères de devenir ingénieures solaires…

Des  femmes installent des panneaux solaires au Barefoot College à Tilonia, Rajasthan, Inde
Des femmes installent des panneaux solaires au Barefoot College à Tilonia, Rajasthan, Inde © Ashley Cooper/Corbis

Bunker Roy est issu d’une grande famille indienne. Sa mère le destinait à un poste prestigieux à la banque mondiale. Quand il a eu 18 ans, il y a eu une grande famine au Bihar. Avec un groupe d'amis, Bunker Roy est parti rejoindre Raj Prakash Narayan , ami de Gandhi et grande figure morale en Inde. Pendant un mois, ils ont aidé dans ces campagnes.

Revenu à Dehli, Bunker Roy a dit à sa mère :- Je ne vais pas à la banque mondiale ; je vais travailler dans les villages !- Quoi ? Comment ? À quel titre ?- Comme ouvrier non spécialisé, pour creuser des puits !Il a commencé par creuser de ses mains trois cents puits. “C’est complètement idiot de creuser des puits, ça assèche la nappe phréatique, il faut trouver une autre moyen”. Au Rajasthan, Bunker Roy a vu un sanatorium abandonné, vieux de plus de 200 ans, construit par les Musulmans. Dans la vallée alentour, tous les puits étaient à sec.

  • Pourquoi il y aurait une retenue d'eau là-haut ? s'est-il demandé. Peut-être y aurait-il un bénéfice à accumuler de l’eau là…

Un barrage a été reconstruit dans la montagne : quatre mètres de haut sur toute la vallée. Dès la première pluie de la mousson, l'eau s'est accumulée là. En une semaine, le bassin était rempli et tous les puits de la vallée ont ressurgi. Avant, l’eau ruisselait et partait dans le désert. Là, comme le barrage la gardait, elle s’est infiltrée dans le sol.

Bunker Roy s'est interrogé :

  • Que faire pour les villages ? Les hommes sont inéducables : dès qu’ils ont un diplôme, il partent à la ville. Les mères de familles sont trop occupées, elles sont surchargées d’enfants. Quelles sont les personnes qui pourraient aider et dont on est sûr qu’elles vont rester dans le village ?… Les grand-mères. En 1972, Bunker Roy a lancé un programme pour entraîner, en six mois, des grands-mères illettrées à devenir ingénieures solaires . Ça a marché formidablement. Ces femmes viennent d’Éthiopie, d’Arabie, de Chine, de Thaïlande… En six mois, elles deviennent ingénieures solaires. Elles repartent dans les villages, les électrifient, et assurent aussi la maintenance…
Un atelier d'énergie solaire au Barefoot College en Inde
Un atelier d'énergie solaire au Barefoot College en Inde © Ashley Cooper/Corbis

Matthieu Ricard souligne que l'avantage de ce programme n’est pas simplement dans le fait de se tourner vers des énergies renouvellables - l’énergie solaire - mais aussi de faire arriver de meilleures conditions lumineuses dans les campagnes . "Avant, ils utilisaient les lampes au kérosène qui font des conjonctivites. Les enfants ne pouvaient pas étudier parce que ça leur faisait mal au yeux. Maintenant, ils peuvent."

Des  femmes installent des panneaux solaires au Barefoot College à Tilonia, Rajasthan, Inde
Des femmes installent des panneaux solaires au Barefoot College à Tilonia, Rajasthan, Inde © Ashley Cooper/Corbis
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.