Enlèvements, attaques terroristes, meurtres, Boko Haram met le pays à feu et à sang
Enlèvements, attaques terroristes, meurtres, Boko Haram met le pays à feu et à sang © Reuters

John Kerry a qualifié les attaques de Boko Haram au Nigeria de « crime contre l’humanité », jeudi après-midi. En janvier, la secte islamiste a multiplié les attaques dans le Nord-Est du pays, et a rayé plusieurs villes de la carte.

Amnesty International a publié jeudi après-midi des photos aériennes saisissantes des villes de Baga et Doron Baga, à la frontière entre le Nigéria et le Tchad, avant et après l’assaut de la semaine dernière. L’ONG évoque le chiffre de 3 700 bâtiments endommagés ou détruits.

Aymeric Elluin, chargé de campagne armes et impunité à Amnesty International

L’une des attaques les plus meurtrières qu’ai jamais commise Boko Haram.

L'armée fait état d'un bilan de 150 morts à Baga mais certains responsables locaux et ONG ont parlé de 2 000 tués.

La progression de Boko Haram au Niger
La progression de Boko Haram au Niger © Radio France

Les élections présidentielle et législatives, prévues le 14 février au Nigeria, pourraient être l'un des facteurs à l'origine de la recrudescence d'attaques de la secte sunnite, selon les responsables américains.

Le président nigérian Goodluck Jonathan, en pleine campagne électorale, s'est rendu dans la région jeudi, une première depuis deux ans.

Cinq ans d'insurrection

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, HCR, estime qu'au cours des dix derniers jours, 6 000 Nigérians ont trouvé refuge au Cameroun, à l'est, et 1 500 autres au Niger, au nord. Le groupe a tué des milliers de personnes depuis le lancement de son insurrection il y a cinq ans.

Vingt mille Nigérians ont fui au Tchad, au Niger et au Cameroun au cours des deux dernières semaines après une vague d'attaques des islamistes de Boko Haram contre des villes et villages du nord du Nigeria.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.