Simone Gbagbo
Simone Gbagbo © PANAPRESS/MAXPPP TEAMSHOOT / PANAPRESS/MAXPPP TEAMSHOOT

En Côte d'Ivoire, du temps de sa splendeur, Simone Gbagbo était surnommée "la présidente". Accusée dans son propre pays "d'atteintes à la sureté de l'état", Simone Gbagbo est apparue pour la première fois depuis trois ans, au tribunal d'Abidjan.

L'épouse de l'ancien président Laurent Gbagbo est accusée d'avoir joué un rôle prépondérant dans les violences qui ont suivi l'élection présidentielle d'octobre 2010. Laurent Gbagbo avait alors refusé de reconnaître sa défaite face à Alassane Ouattara. La guerre civile qui s'est ensuivie a fait plus de 3 000 morts jusqu'à la capture de Laurent Gbagbo en avril 2011. L'ex-président est détenu depuis novembre 2011 par la Cour pénale internationale, qui doit le juger dans plusieurs mois pour crime contre l'humanité.

Maureen Grisot décrit les enjeux du procès de Côte d'Ivoire

1 min

Au procès de Simone Gbagbo

La CPI a également engagé des poursuites contre Simone Gbagbo mais la Côte d'Ivoire a refusé son transfèrement à La Haye, déclarant qu'elle serait jugée dans son pays. Assignée à résidence depuis la fin de la guerre civile dans le nord du pays, Simone Gbagbo a été ramenée début décembre à Abidjan, où elle comparaît avec 82 autres prévenus, civils ou militaires, ce qui en fait le procès le plus important depuis la chute de Gbagbo. Selon le procureur Soungalo Coulibaly :

Si elle est jugée coupable, elle sera condamnée de vingt ans de prison à la réclusion à perpétuité car il s'agit d'un crime contre la sûreté de l'État.

Le procès devrait durer au moins un mois.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.