Le Premier ministre québécois a annoncé jeudi le protocole qui sera en vigueur pour le mois de décembre dans la province canadienne. Si les rassemblements en famille seront autorisés dans les jours autour de Noël, ce ne sera pas le cas autour du 31 décembre.

Le Premier ministre du Québec, François Legault
Le Premier ministre du Québec, François Legault © AFP / MARTIN OUELLET-DIOTTE / MARTIN OUELLET-DIOTTE

Est-ce un avant-goût de ce qui pourrait nous attendre, en France, pour la saison de Noël ? Jeudi, le Premier ministre québécois François Legault a annoncé les mesures qui accompagneront les Québécois pour le "temps des fêtes", comprenez la saison des vacances de Noël. Une formule qui repose sur un "contrat moral" proposé par le chef du gouvernement québécois. 

Le plan pour le mois de décembre repose sur trois situations : du 1er décembre au 16, le Québec respectera le niveau d'alerte régional, décidé au niveau du Canada, avec les mesures sanitaires en vigueur. C'est à partir du 17 décembre que la situation évoluera : les Québécois sont appelés à respecter une période de 7 jours de "confinement volontaire", du 17 au 23 décembre, au cours desquels les écoles seront fermées (alors que les vacances ne débutent que le 23) et le télétravail fortement incité. 

Quatre jours pour fêter Noël

Ainsi, du 24 au 27 décembre (c'est-à-dire le réveillon et le jour de Noël, plus le week-end qui suit), les habitants de la province seront autorisés à recevoir ou se rendre chez leurs proches. Les rassemblements seront autorisés mais limités à 10 personnes. "On prend un risque d'augmentation des cas, mais on comprend qu'on ne peut pas empêcher les gens de se voir", a expliqué Horacio Arruda, directeur national de la Santé publique du Québec. 

Après ces quatre jours (pendant lesquels les autorités préconisent malgré tout d'avoir le moins de réunions possibles), le Québec repassera dans une nouvelle période de sept jours de "confinement volontaire". Autrement dit, si Noël est "sauvé", les célébrations du Jour de l'An, elles, n'auront pas lieu. "On regarde le Bye-Bye [l'émission traditionnelle du 31 décembre] et on essaie d'oublier 2020", ont prévenu le Premier ministre et son ministre de la Santé, lors de la conférence organisée jeudi. 

Des restrictions jusqu'au 11 janvier

Les écoles primaires rouvriront le 4 janvier, et le secondaire le 11 janvier, en même temps que les restaurants, les salles de spectacles et les gymnases. "Il y a trop de cas et trop de pression encore sur le réseau de la santé", selon François Legault, pour justifier que les restrictions ne soient pas levées plus tôt. 

Les annonces ont suscité la colère du cabinet de Justin Trudeau, selon Radio-Canada, qui ajoute que les autorités nationales doivent dévoiler ce vendredi des projections inquiétantes pour décembre, avec un nombre de cas pouvant monter jusqu'à 60 000 par jour. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.