Des publicités au show final de Lady Gaga, il y avait quelques piques plus ou moins déguisées dans cet évènement suivi par plus de 110 millions d'Américains.

Lady Gaga a mené un show spectaculaire... et un peu politique
Lady Gaga a mené un show spectaculaire... et un peu politique © Reuters / Adrees Latif

Et si la compétition sportive la plus suivie des États-Unis pouvait faire passer un message de tolérance difficile à entendre depuis quelques semaines ? C'est ce qu'a prouvé la soirée de la finale du Super Bowl 2017, qui au-delà de ce qui se passe sur le terrain est toujours une énorme fête. La preuve avec un concert final de Lady Gaga, qui avait promis du grand spectacle, mais aussi un message, plus diffus, de tolérance. "Les seules déclarations que je ferai sont celles que j'ai faites de manière constante durant toute ma carrière", avait promis l'artiste (et icône de la communauté gay).

Et ça inclut l'un de ses tubes, "Born this way", "née comme ça", un hymne à la différence.

Au total, 13 minutes de spectacle très "queer", ouvertes avec un "God Bless America" retentissant. Tout ça devant 70.000 spectateurs sur place et plus de 110 millions de téléspectateurs au total.

Dans les pubs, des cheveux, des avocats et des immigrants

Le Super Bowl est aussi célèbre pour ses publicités, particulièrement nombreuses mais surtout exclusives à l'évènement. Et pour l'occasion, certains ont envoyé des clins d’œil plus ou moins appuyés au nouveau président américain.

Soit pour se moquer directement de Donald Trump, dans cette publicité locale pour des cheminées...

Ou pour évoquer, au détour d'une publicité pour des soins capillaires, les "quatre ans de cheveux catastrophiques" qui s'annoncent...

Ou encore pour moquer les théoriciens du complot et leurs "fake news", dans une publicité pour... les avocats du Mexique, eux aussi menacés par le futur mur.

Mais le plus marquant, en pleine polémique autour du "MuslimBan", qui filtre les migrants en fonction de leur pays d'origine, c'est cette publicité pour Budweiser, l'une des bières favorites des Américains... Le petit film raconte l'arrivée difficile du fondateur de la marque, un immigrant allemand, sous les insultes et les crachats. Comme quoi, même la bière peut faire réfléchir.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.