Au Tchad, Idriss Deby règne sans partage.
Au Tchad, Idriss Deby règne sans partage. © Reuters

Il y a 14 candidats pour le premier tour de cette élection présidentielle au Tchad mais un seul favori, le chef de l'état, Idriss Deby Itno, qui devrait remporter sans surprise un cinquième mandat de 5 ans après 26 ans de pouvoir sans partage. Le pouvoir hégémonique d'un autocrate affiché mais que tout le monde courtise.

Paradoxalement Idriss Deby incarne un pouvoir autoritaire, presque dictatorial.

Il est arrivé à la présidence par la force en 1990. Et bien qu'ayant instauré le multipartisme, ses opposants l'accusent de s'y être maintenu par la fraude.

Armée omniprésente, droits de l'homme ignorés

Il s'est entouré des membres de son ethnie dont il s'assure la fidélité en usant du carnet de chèques. Il ne tolère aucune contestation de rue. L'armée est omniprésente, les droits de l'homme ignorés et la population survit en dessous du seuil de pauvreté en dépit des ressources pétrolières.

Cet homme est un autocrate mais il est courtisé au point que certains en France voient en lui un des rares hommes politiques de la région à avoir une vision.

Sa puissante armée, ses blindés, son artillerie, son aviation performante

Il assure la présidence de l'Union africaine. Il a mis toute sa puissante armée, ses blindés, son artillerie, son aviation performante au service de la lutte contre les groupes djihadistes du nord mali en 2013, de Centrafrique en 2014, du Cameroun, du Nigéria, du Niger en 2015.

L'état-major de l'opération Barkhane est installé à Ndjamena et l'armée française est présente au Tchad de manière quasiment permanente depuis l'indépendance. Le Tchad est, par conséquent, stratégique et Idriss Deby, un homme incontournable.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.