L'ex-directeur du FBI, limogé par Trump, a témoigné sur les pressions que le Président américain a exercées sur lui pour abandonner son enquête sur la Russie.

Etats-Unis : Audition de James Comey, ex-directeur du FBI, devant le Sénat
Etats-Unis : Audition de James Comey, ex-directeur du FBI, devant le Sénat © Reuters / Jonathan Ernst

Dans une salle comble et devant les quinze sénateurs du comité du Renseignement du Sénat, James Comey a raconté ses neuf conversations privées avec Donald Trump. Objectif : savoir si les multiples demandes du président, dans l'intimité de la Maison Blanche, représentent une entrave à la justice, ce qui représente un délit majeur. james Comey a du répondre à des questions très précises des sénateurs :

Donald Trump vous a-t-il demandé d'abandonner l'enquête sur Michael Flynn ?

Michael Flynn, proche conseiller de Donald Trump, était soupçonné d'avoir entretenu des contacts privilégiés avec des responsables russes pendant la campagne présidentielle et soupçonné de les avoir cachés.

James Comey admet que Trump ne lui a pas explicitement demandé d'abandonner le dossier mais il reconnait avoir pris les paroles du président américain "comme une instruction".

"Un président qui me dit en tête à tête : "Flynn est un type bien. J'espère que vous allez le lâcher et laisser tomber", je l'ai interprété comme un ordre !"

Donald Trump vous a-t-il demandé d'abandonner l'enquête menée par le FBI sur les ingérences russes ?

Non ! a répondu Comey. Mais il a jugé que les actions du dirigeant américain étaient "très inquiétantes".

Pourquoi avoir pris des notes précises après chacun de vos entretiens avec Donald Trump ?

James Comey a en effet consigné par écrit ses échanges avec le président dès leur première rencontre début janvier à la Trump Tower.

James Comey a confié avoir craint que Trump ne mente sur la nature de leurs rencontres. "Voilà pourquoi j'ai jugé important d'en garder la trace" a-t-il justifié. Juste après l'avoir limogé, Donald Trump l'avait menacé sur Twitter d'avoir enregistré leurs entretiens :

Traduction : Il faut espérer pour James Comey qu'il n'existe aucun "enregistrement" de nos conversations avant d'aller parler à la presse !

"J'espère qu'il existe réellement des enregistrements ! s'est exclamé James Comey devant le Sénat"

La Russie est-elle intervenue dans la campagne présidentielle américaine ?

Oui ! Il n'y a aucun doute, selon James Comey. "La Russie est intervenue de manière délibérée et sophistiquée (...) Les Russes ont tenté d'influencer la manière dont nous pensons, nous votons, nous agissons".

Pensez-vous avoir été limogé à cause de l'enquête russe ?

Oui! répond James Comey. Je ne l'ai jamais su directement, d'autant que Donald Trump m'avait dit à quel point je faisais un bon job, et je lui ai dit que je souhaitais continuer.

Dans un premier temps, Donald Trump a préféré mentir et me diffamer en affirmant que le FBI était mal géré, et en remettant en cause mes compétences et diffamer le FBI. Puis par la suite, j'ai vu dans la presse et sur Twitter qu'il reliait mon renvoi à cette enquête. Je n'ai donc plus de doute.

Pourtant,

ALLER PLUS LOIN |Les auditions parlementaires qui ont marqué l'histoire des Etats-Unis

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.