L'Autriche pourrait devenir dimanche le premier pays de l'Union européenne à élire un chef d’État appartenant à l'extrême-droite, au terme d'une élection qu'il a fallu recommencer.

Deux candidats, deux visions totalement différentes du monde
Deux candidats, deux visions totalement différentes du monde © Reuters / Leonhard Foeger

L’Autriche rejoue la partie et recommence le second tour de l'élection présidentielle qui avait mis le pays à la une au printemps dernier, lorsqu’un candidat issu d’un parti d’extrême droite s’est présenté à la plus haute fonction de l’État face à un écologiste libéral qui se présentait en indépendant.

Norbert Hofer, le candidat du Parti de la liberté (FPÖ) eurosceptique et anti-immigration, était arrivé en tête du premier tour avec 35% des voix. Mais lors du second tour, le 22 mai, il avait été battu de moins de 31.000 voix par Alexander Van der Bellen, le candidat indépendant et ancien chef des Verts autrichiens, avant d’obtenir l’invalidation du scrutin sur des problèmes lors des dépouillements.

En septembre dernier, de nouveaux problèmes constatés sur les enveloppes du vote par correspondance contraignent le gouvernement à reporter les élections qui devaient se dérouler un mois plus tard… C’est finalement dimanche 4 décembre que le second tour de la présidentielle, la revanche en quelque sorte, va se dérouler.

Une victoire du FPÖ qui pourrait en entraîner d'autres

Si en Autriche le rôle du président est largement honorifique, il dispose tout de même de certains pouvoirs, comme celui de nommer le chancelier, de révoquer le gouvernement. Il est également le chef des armées.

Une victoire de Norbert Hofer, 45 ans, ne représenterait pas seulement l’élection du premier président d'extrême-droite dans l'Union européenne. Il pourrait également propulser son parti au pouvoir puisqu'on estime que son arrivée à la tête de l’État entraînerait la tenue d'élections législatives anticipées et, à terme, l'éclatement de la coalition centriste et pro-européenne qui gouverne l'Autriche depuis des décennies. Dans l'hypothèse d'élections législatives, le FPÖ est donné en tête à plus de 30% d'intention de vote.

C’est aussi une victoire très symbolique que cherche son rival, Alexander Van der Bellen. L'ancien chef des Verts autrichiens, 72 ans, veut faire de ce scrutin un plébiscite pour une Autriche ancrée dans l'Union européenne.

Un débat musclé

Les deux candidats ne se sont pas épargnés la semaine dernière, lors d’un débat télévisé où le candidat écologiste a accusé son rival du FPÖ de provoquer l'insécurité en menaçant de faire sortir l'Autriche de l'Union européenne. Alors que Nobert Hofer l’accusait d'être un espion, ou encore un communiste. Van der Bellen a même montré une photo de son défunt père afin de dénoncer des rumeurs colportées par le FPÖ, selon lesquelles ce dernier était un nazi.

Nobert Hofer a critiqué la politique d’Angela Merkel, accusée d’avoir "porté gravement atteinte à l'Europe" en ouvrant la porte à l'immigration. Le numéro deux du FPÖ dit vouloir se rapprocher de la Russie et des dirigeants politiques d'Europe de l'Est qui revendiquent leur hostilité aux migrants.

Le FPÖ, Parti de la liberté, a été créé en 1956 par d'ex-nazis. Il avait été appelé au gouvernement par les conservateurs en 2000, ce qui avait déclenché des sanctions de l'Union européenne. Depuis, le parti a poli son discours et évite désormais tout dérapage ouvertement antisémite ou xénophobe.

Le FPÖ a grimpé dans les sondages en s'attaquant à l'immigration et en dénonçant une "élite coupée des réalités"

Plusieurs personnalités conservatrices autrichiennes ont appelé dans un manifeste à barrer la route à Norbert Hofer à la présidentielle, évoquant notamment le spectre d'un "Öxit", une sortie de l'union européenne. Mais c’est la vidéo d’une survivante de l'Holocauste appelant à ne pas voter pour le candidat d'extrême-droite qui fera peut-être bouger les lignes.

Gertrude avait 16 ans lorsqu'elle et sa famille ont été déportées au camp d'Auschwitz. Elle est la seule à en être revenue et affirme que le candidat du parti anti-immigration FPÖ, Norbert Hofer a pour objectif de "faire ressortir le pire chez les gens".

"Ce qui me dérange le plus c'est le fait de nier les autres et la tentative de faire remonter les sentiments les plus bas du peuple au lieu de leur décence". Gertrude explique avoir été particulièrement secouée par les propos de Heinz-Christian Strache, le dirigeant du FPÖ qui déclarait récemment que l'arrivée de migrants pourrait provoquer une "guerre civile" en Autriche. Dans cette vidéo, initialement postée sur la page Facebook d'Alexander Vander Bellen et qui a été visionnée plus de 3,3 millions de fois, Gertrude appelle la jeunesse à voter pour Alexander Van der Bellen."C'est probablement ma dernière élection" dit-elle, "mais les jeunes ont encore la vie devant eux et ils doivent s'assurer qu'ils prendront les bonnes décisions".

Un élection qui se tient dans une Europe aux prises avec la poussée des partis populistes et d'extrême-droite. Dimanche, au moment même où se tiendra le scrutin autrichien, l'Europe guettera l'issue du référendum sur la réforme constitutionnelle proposée par le président du conseil italien, Matteo Renzi, qui pourrait y laisser son poste, provoquant une autre secousse politique.

► LIRE | Italie : un référendum institutionnel et un pari politique pour Matteo Renzi

Une victoire du candidat du FPÖ en Autriche, serait aussi une victoire symbolique pour les autres partis populistes européens, avant plusieurs élections prévues en 2017, dont la présidentielle en France.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.