Emmanuel Macron est attendu ce mardi dans les Antilles françaises, où il devra répondre aux critiques sur la gestion par les autorités de l'ouragan Irma.

A Saint-Martin, une majorité de la population a tout perdu après le passage de l'ouragan Irma
A Saint-Martin, une majorité de la population a tout perdu après le passage de l'ouragan Irma © Reuters / Alvin Baez

C’est à 05h45, à Pointe-à-Pitre (11h45 à Paris) qu’Emmanuel Macron doit démarrer sa visite dans les Antilles françaises dévastées par l’ouragan Irma. De la Guadeloupe, il doit ensuite gagner Saint-Martin et Saint-Barthélemy, les deux îles meurtries où l'heure est désormais à la remise en état.

Le chef du gouvernement a une nouvelle fois dénoncé "ceux qui s'improvisent experts en gestion de crise ou en logistique exceptionnelle pour faire naître des polémiques", après les critiques de plusieurs membres de l'opposition, comme Jean-Luc Mélenchon (LFI), réclamant une commission d'enquête parlementaire sur la gestion en amont.

Les écoles et hopitaux sévèrement touchées

Les hôpitaux de Saint-Barth et Saint-Martin ayant "beaucoup souffert", le Premier ministre a annoncé la mise en place dès mardi au stade de Marigot (Saint-Martin) d'un "centre de soins sous tente de grande capacité" pour les victimes de l'ouragan, avant l'arrivée prochaine du "bâtiment de projection et de commandement Tonnerre", qui servira d'hôpital flottant.

Alors que la rentrée des classes n'a pas pu avoir lieu, Edouard Philippe a indiqué que l'objectif était "d'assurer la reprise des cours dans des conditions normales à la rentrée des vacances de la Toussaint. Sur les 21 écoles que compte Saint-Martin, seules "trois restent entières".

A Saint-Martin, les départs s’organisent

Les dégâts sont limités à l'aéroport de Saint-Martin Grand-Case, selon son gestionnaire, mais il est trop tôt pour déterminer la date de la reprise du trafic commercial. Un délégué interministériel sera par ailleurs nommé dans les prochains jours afin de coordonner la reconstruction.

Sur place, la population se presse pour quitter l'ile. Les ponts aériens et maritimes ont repris pour évacuer les plus vulnérables dans un sens, et acheminer du fret et des vivres dans l'autre. Environ 85 tonnes de nourriture, un million de litres d'eau et 2,2 tonnes de médicaments ont déjà été transportés. Une cellule d'accueil et d'orientation a été mise en place à l'aéroport de Pointe-à-Pitre.

Des listes de tous ceux qui veulent partir, seront "constituées" a précisé le gouvernement, avec une priorité donnée "aux personnes les plus fragiles et dont les logements seraient inhabitables, notamment les personnes âgées, les familles avec de jeunes enfants".

Couvre-feu toujours en vigueur

Le couvre-feu interdisant toute circulation entre 19h00 et 07h00 reste en vigueur à Saint-Martin jusqu'à mercredi. Dans un paysage de ruines et privé d'eau potable - au moins trois mois seront nécessaires pour reconstruire les systèmes de distribution-, les secours, militaires et forces de l'ordre sont désormais 1.500 et passeront bientôt à 2.000.

Irma, désormais rétrogradé en tempête tropicale, a fait au moins dix morts et sept disparus dans les îles françaises, quatre dans la partie néerlandaise, selon le dernier bilan. Au total, 27 personnes sont mortes dans les Caraïbes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.