La candidate démocrate à la Maison Blanche Hillary Clinton sera officiellement adoubée jeudi, à Philadelphie. Mais la démission de la présidente du parti gâche la fête.

La candidate démocrate Hillary Clinton et le candidat au poste de vice-président Tim Kaine
La candidate démocrate Hillary Clinton et le candidat au poste de vice-président Tim Kaine © Maxppp / RHONA WISE

L'ouverture de la convention démocrate, en vue de l'élection présidentielle de novembre, est marqué par la démission de la présidente du parti Debbie Wasserman Schultz. Elle contestée depuis plusieurs mois par le camp de Bernie Sanders, l'ancien rival de Hillary Clinton dans la course à la Maison Blanche.

La publication ce week-end par le site Wikileaks de près de 20.000 messages échangés de janvier 2015 à mai 2016 par sept responsables du parti démocrate a provoqué un scandale.

Des courriels méprisants envers le camp Sanders

Le ton employé dans certains courriels montre le mépris ou la méfiance de ces responsables envers le sénateur du Vermont Bernie Sanders, alors que depuis le début du processus des primaires celui-ci s'était plaint de la partialité du parti en faveur de sa rivale, Hillary Clinton, notamment dans l'organisation des débats télévisés.

Déjà sur la sellette, Debbie Wasserman Schultz n'a pas résisté à la controverse et annoncé hier sa démission à compter de la fin de la convention. Le sénateur du Vermont a salué son départ.

Les dirigeants du parti doivent toujours rester impartiaux dans le processus des primaires présidentielles, ce qui ne s'est pas produit en 2016, déclare Bernie Sanders.

La Russie pourrait avoir orchestré ces révélations

L'entourage d'Hillary Clinton s'est publiquement étonné que ces messages soient publiés juste avant la convention démocrate, rappelant que des groupes liés aux autorités russes étaient soupçonnés pour le grave piratage du parti démocrate, révélé le 14 juin.

Robby Mook, le directeur de campagne d'Hillary Clinton, a sous-entendu que Moscou essayait d'influencer les élections américaines.

Il a fait le lien avec des propos de Donald Trump considérés comme pro-Russes, notamment lorsqu'il a dit la semaine dernière que sous sa présidence, les Etats-Unis n'interviendraient pas automatiquement pour protéger les pays baltes en cas d'agression.

Le FBI vient en tout cas d'ouvrir une enquête.

Ce scandale tombe mal pour Hillary Clinton : dans la foulée de la convention républicaine à Cleveland la semaine dernière, son rival républicain Donald Trump s'est hissé à égalité voire légèrement au-dessus de la démocrate dans deux sondages. Selon CNN, le républicain recueille 48% des intentions de vote, contre 45% pour Hillary Clinton.

Les démocrates vont donc tenter de donner l'illusion d'une famille rassemblée, comme nous l'explique notre envoyé spécial à Philadelphie Frédéric Carbonne :

1'10

Ouverture de la convention démocrate

Par Frédéric Carbonne
La démocrate Hillary Clinton à la conquête de la Maison Blanche
La démocrate Hillary Clinton à la conquête de la Maison Blanche © Radio France / Visactu
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.