Le gouvernement néerlandais devrait confirmer mercredi l’abaissement de la vitesse sur les autoroutes des Pays-Bas à 100 km/h, dans la journée entre 6h et 19h. Une mesure pour limiter les émissions d’azote contre lesquelles le pays est en guerre.

Sur cette autoroute entre Utrecht et Amsterdam, comme sur les autres, la vitesse va être limitée à 100 de 6h à 19h.
Sur cette autoroute entre Utrecht et Amsterdam, comme sur les autres, la vitesse va être limitée à 100 de 6h à 19h. © AFP / ANP / Robin van Lonkhuijsen

C’est une décision qui aurait du mal à passer en France tant l’abaissement de la vitesse à 80 km/h a été contesté. Inimaginable chez nous donc, mais presque déjà fait aux Pays-Bas : le gouvernement doit annoncer mercredi l’abaissement de la vitesse maximale sur les autoroutes à 100 km/h, comme l’explique le quotidien néerlandais NRC. Cette mesure ferait partie d’un arsenal pour lutter contre les émissions d’oxydes d’azote.  Dorénavant, il ne sera donc plus possible de rouler à 130, excepté la nuit, après 19h et jusqu’à 6h. En journée, la vitesse de circulation sera obligatoirement sous les 100 km/h.

Depuis 2012, la vitesse maximale avait été portée à 130 km/h sur les autoroutes contre 120 précédemment. Mais beaucoup de sections sont déjà à 120 ou 100 km/h, parfois même 80. Il faut également noter que la Randstad, ensemble urbain contenant Utrecht, Amsterdam, La Haye et Rotterdam n’était déjà pas concernée par cette limitation à 130 km/h et qu’il est, de toute façon, difficile d’atteindre cette vitesse tant les bouchons sont importants dans cette partie du pays, explique Pierre Bénazet, correspondant de Radio France au Bénélux. 

Lutte contre les émissions d’azote

Ce n'est pas agréable, mais nous devons empêcher la construction de maisons et de routes de s'effondrer”, a estimé Klaas Dijkhoff, le chef du parti majoritaire, le VVD. En effet, le gouvernement souhaite utiliser le gain d’une telle réduction de la vitesse pour pouvoir relancer de nombreux projets de constructions. En mai dernier, rappelle Arte, la justice avait en effet condamné le gouvernement des Pays-Bas à tenir les engagements pris en 2015 pour la protection des zones naturelles du pays. Il avait réclamé une réduction drastique des émissions de gaz à effet de serre et notamment des oxydes d'azote. 

Pour faire face et répondre à ce problème, le gouvernement avait pris des mesures qui touchent le secteur agricole - qui a d’ailleurs manifesté début novembre - et, depuis le mois de mai, le secteur de la construction. Selon NRC, 18 000 projets immobiliers ont d’ailleurs été arrêtés pour tenter de réduire ces émissions d’azote. Des immeubles d’habitation, des centre commerciaux en construction et même certains travaux de rehaussement des digues sont au point mort en raison des émissions jugées trop importantes des engins de chantier. 

Il reste beaucoup à faire” estime le Premier ministre Mark Rutte, qui doit présenter en décembre un ensemble plus vaste de mesures.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.