Le président syrien a affirmé jeudi que son régime sortirait vainqueur de la guerre civile qui oppose ses forces aux rebelles, après leur avoir résisté pendant près de deux ans et demi. Une opération de propagande alors que l'opposition perd du terrain.

Bachar al Assad s'exprimait à l'occasion du 68e anniversaire de la création de l'armée syrienne et qui était cité par l'agence de presse officielle Sana :

Si nous n'étions pas sûrs de gagner en Syrie, nous n'aurions pas la capacité de résister et de continuer à nous battre contre l'ennemi depuis plus de deux ans.

Bachar al Assad a déclaré que les soldats "avaient fait preuve de courage face au terrorisme (...) et face à la guerre la plus violente et la plus barbare de l'histoire moderne".

Dans le même temps,le régime Assad a autorisé des équipes d'inspecteurs de l'Onu à se rendre "dans les plus brefs délais" en Syrie pour enquêter sur l'usage présumé d'armes chimiques sur trois sites. Damas refusait jusqu'alors de laisser les enquêteurs se rendre ailleurs qu'à Khan al Assal, dans la province d'Alep, où, selon le régime de Bachar al Assad et son allié russe, les insurgés ont utilisé des armes chimiques enmars dernier.

Les insurgés , qui ont pris le contrôle de grandes parties du territoire, ont du mal à résister à la contre-offensive lancée il y a un mois par les forces du régime pour sécuriser la route entre Damas et la Méditerranée.

Bachar al Assad dans la ville de Daraya

Bachar Al Assad
Bachar Al Assad © Radio France

Lundi, l'armée syrienne a entièrement repris le contrôle d'un quartier qui était passé aux mains des rebelles à Homs , ville clé du centre de la Syrie, après plusieurs semaines de combat. Début juin, l'armée syrienne, aidée par les combattants du Hezbollah, avait repris la petite ville de Koussaïr, non loin de la frontière avec le Liban.

Près de 100 000 personnes ont été tuées depuis le début du conflit en mars 2011 et près de deux millions de personnes ont fui à l'étranger les combats de Syrie. Bachar al Assad s'est rendu jeudi dans la ville de Daraya , au sud-ouest de Damas, où il est allé à la rencontre de membres des forces de sécurité, a rapporté la télévision officielle syrienne.

Sur une photo postée sur la page Facebook de la présidence syrienne, on voit Bachar al Assad serrant la main à un soldat en uniforme et casqué. Derrière eux, une scène de guerre : des fils qui pendent de pylônes électriques, près d'un immeuble d'habitation endommagé par des explosions. Nulle part on ne voit de civils.

L'armée avait bombardé Daraya, qui était tombée l'an dernier aux mains des insurgés. Depuis lors, les troupes du régime ont repris certaines parties de la ville, au prix de gros dégâts matériels et de nombreuses pertes civiles, déclarent des habitants.

En effectuant un déplacement dans la banlieue de Damas, Bachar Al Assad a voulu donner l'image d'un régime sûr de lui, au moins en apparence. En face, l'opposition armée soutenue par l'Occident doit affronter désormais trois adversaires. Les précisions de Christian Chesnot.

93 000 morts en juin 2013

La catastrophe humanitaire syrienne
La catastrophe humanitaire syrienne © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.