policiers et supporters de Morsi se sont violement affrontés ce matin au Caire
policiers et supporters de Morsi se sont violement affrontés ce matin au Caire © reuters / Asmaa Waguih

Au moins 65 partisans du président déchu Mohamed Morsi ont été tués dans de nouveaux heurts avec la police au Caire. Le pouvoir en place hausse le ton et prévient qu'il chassera les manifestants.

Les affrontements ont éclaté aux premières heures du jour samedi sur la route de l’aéroport du Caire. Selon un porte parole des Frères musulmans, dont Mohamed Morsi était le candidat lors de l'élection présidentielle en 2012, les policiers ont d’abord tiré des grenades lacrymogènes en direction des manifestants. Les balles ont ensuite « commencé à siffler à travers la fumée » . Les partisans de Morsi ont répliqué en lançant des pierres. C'est la deuxième fois que se produisent des violences meurtrières de masse dans ce quartier de Rabaa. Une cinquantaine de partisans des Frères musulmans avaient été tués par des tirs des forces de sécurité le 8 juillet dernier aux abords de la caserne de la Garde républicaine, cinq jours après la destitution du chef de l'Etat islamiste.

Au Caire, le reportage de Perrine Mouterde

Ces nouveaux affrontements interviennent au lendemain des grandes manifestations organisées par les deux camps, réunissant chacun plusieurs centaines de milliers de personnes dans le pays. Le chef de l'état-major, le général Abdel Fattah al Sissi, artisan de la destitution de Mohamed Morsi, a appelé les Egyptiens à se rassembler pour donner mandat aux soldats de réprimer "la violence et le terrorisme".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.