Barack Obama à sa descente d'avion
Barack Obama à sa descente d'avion © Reuters

Paris est jeudi le théâtre d'un ballet diplomatique centré sur la crise ukrainienne, en tête des thèmes abordés entre François Hollande et ses invités, Barack Obama et Vladimir Poutine, à la veille des commémorations du Débarquement allié de 1944.

►►► EN DIRECT | Suivez les cérémonies du D-Day grâce à notre envoyé spécial

Après le G7 de Bruxelles, qui n'exclut pas de nouvelles sanctions contre la Russie, la France veut favoriser la désescalade exigée par les Européens et obtenir, au minimum, une poignée de main entre les présidents russe et ukrainien.

Le délicat agenda imaginé par les chancelleries évite tout croisement dans la capitale française entre Barack Obama et Vladimir Poutine, qui partageront deux repas vespéraux consécutifs avec François Hollande : dans un restaurant basque proche de l'Étoile pour le président américain, à l'Élysée ensuite pour le chef du Kremlin.

Deux repas en une soirée pour le président de la République : gare à l'indigestion diplomatique ! Le récit de Bertrand Gallicher dans le journal de 19 heures d'Alain Passerel

"Je voulais rencontrer à la fois le président Obama et aussi le président Poutine. Même si c'est si tard (dans la journée), l'essentiel c'est que ce soit utile", a dit François Hollande jeudi en marge du 25e anniversaire de la Pologne démocratique. "L'enjeu, c'est l'Ukraine, l'enjeu c'est la stabilité, l'enjeu c'est la sécurité", a poursuivi le chef de l'État.

La France, "centre du monde"

La France, "centre du monde" à l'occasion des cérémonies qui réuniront vendredi 18 chefs d'État et de gouvernement et 3.000 vétérans sur les pages normandes, a selon François Hollande "une responsabilité particulière pour rendre hommage aux peuples qui se sont sacrifiés pour notre liberté".

► ► ► COMPRENDRE | Le débarquement en cinq cartes

La présence exceptionnelle de la plupart des dirigeants occidentaux va, de facto, transformer ce rassemblement en sommet informel sur l'Ukraine, livrée au chaos depuis l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par la Russie en mars et l'éclatement de troubles séparatistes pro-russes dans l'Est.

La reine d'Angleterre en "guest star"

Les consignes de sécurité liées à la présence de multiples hôtes de marque dans la capitale ont compliqué la vie des Parisiens, qui devaient aussi compter avec l'arrivée de la reine d'Angleterre Elizabeth II.

La reine Elisabeth II a eu droit à une cérémonie à l'Arc de Triomphe
La reine Elisabeth II a eu droit à une cérémonie à l'Arc de Triomphe © Reuters

En visite d'Etat, la souveraine francophone âgée de 88 ans a été accueillie par François Hollande gare du Nord avant une cérémonie à l'Arc de Triomphe puis un entretien à l'Élysée.

Elizabeth II est montée jeudi midi à bord d'un train Eurostar pour sa cinquième visite d'État en France. Accompagnée de son mari, le prince Philip, la reine a dévoilé à la gare londonienne de Saint Pancras une plaque commémorative célébrant les 20 ans du tunnel sous la Manche.

►►► REPORTAGE VIDÉO | D-Day : de faux GI's débarquent à Sainte-Marie-du-Mont

Le D-Day, 1944-2014
Le D-Day, 1944-2014 © Idé
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.