Les trois naufrages ont contraint les Européens à réagir
Les trois naufrages ont contraint les Européens à réagir © Reuters / Ciro Luca

Une semaine après la plus grave tragédie de migrants en Méditerranée, Ban Ki-moon , sera ce lundi aux côtés de Matteo Renzi et Federica Mogherini au large de la Sicile pour manifester leur volonté que prennent fin les drames de l'immigration clandestine.

Une chef de la diplomatie européenne, un chef du gouvernement italien Matteo Renzi et le secrétaire général des Nations unis sur un même bateau de la marine, là où une semaine plus tôt, un chalutier transportant quelque 750 migrants faisait naufrage, ne laissant en vie que 28 d’entre eux. Le symbole de solidarité affiché est fort : en creux, afficher leur volonté que prennent fin les drames de l'immigration clandestine.

S’attaquer aux passeurs

Le naufrage, intervenu moins d'une semaine après deux autres naufrages de migrants qui ont fait quelque 450 disparus, a contraint les Européens à réagir. Ainsi, réunis jeudi en sommet extraordinaire à Luxembourg, les dirigeants de l'UE sont convenus de tripler les moyens de leur opération Triton de surveillance et d'assistance en Méditerranée. Ils veulent aussi s'attaquer, y compris par la force, aux passeurs qui opèrent sur les côtes libyennes. Plusieurs centaines de migrants, des Africains pour la plupart, arrivent chaque jour sur les côtes italiennes après avoir été récupérés par les garde-côtes ou par la marine italienne dans des embarcations de fortune parties de Libye.

Plutôt que la force, un encouragement à l’immigration légale

Une solution qui n’a pas emporté l’enthousiasme du secrétaire général de l'ONU ne s'est guère montré enthousiasmé par les idées européennes."Il n'y a pas de solution militaire à la tragédie qui est en train de se produire en Méditerranée ", a-t-il déclaré dimanche, préconisant plutôt un encouragement à l'immigration légale. "Une approche globale est cruciale qui prenne en compte les racines du problème, la sécurité et les droits humains des migrants et des réfugiés, comme avoir des canaux légaux et réguliers d'immigration ", a-t-il expliqué.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.