L'amour libre plutôt que le libre-échange clame la banderole de ces opposants au traité
L'amour libre plutôt que le libre-échange clame la banderole de ces opposants au traité © Reuters

Le président américain doit se rendre aujourd’hui dans le nord de l’Allemagne, à Hanovre. Il y inaugurera la foire industrielle de la ville. Il y défendra surtout le projet d’accord de libre-échange entre l’Europe et les Etats-Unis.

A la veille de ce déplacement, Barack Obama a exposé ses arguments dans le quotidien populaire Bild . Dans l’interview, il explique notamment que le texte constitue "un des meilleurs chemins pour promouvoir la croissance et créer de l’emploi aux Etats-Unis et dans l’Union européenne ".

Une forte mobilisation des opposants

De leur côté, les opposants au TTIP (Transatlantic Trade and Investment Partnership) se sont mobilisés en masse dans la rue : samedi, ils étaient 35.000 selon la police, 90.000 selon les organisateurs , à défiler derrière des banderoles appelant à un commerce mondial équitable. Pour les manifestants, cet accord nivellerait par le bas les normes sanitaires européennes et laisserait la possibilité aux multinationales de contester les lois d’un Etat devant une justice d’arbitrage.

Les négociations sur le texte doivent reprendre la semaine prochaine à New York. Elles n’aboutiront sans doute pas avant l’élection présidentielle américaine en novembre . Sensibles aux réserves de l’opinion américaine sur le sujet, aucun des candidats à la succession de Barack Obama ne se montre empressé à l’idée de les conclure.

►►► A ECOUTER : l'interview de la Commissaire européenne en charge du commerce, Cecilia Malmström

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.