Barack Obama serre dans ses bras un survivant de la bombe atomique tombée à Hiroshima il y a 71 ans
Barack Obama serre dans ses bras un survivant de la bombe atomique tombée à Hiroshima il y a 71 ans © Reuters / Carlos Barria

Dans un discours historique prononcé ce vendredi à Hiroshima, le président américain Barack Obama a reconnu que la bombe atomique larguée sur la ville japonaise en 1945 a "changé le monde" et appelle à aller vers un monde "dénucléarisé".

Barck Obama était ce vendredi à Hiroshima au Japon pour rendre hommage aux victimes de la bombe atomique américaine larguée il y a 71 ans. Près de 140.000 personnes étaient mortes le 6 août 1945. Accompagné du Premier ministre japonais Shinzo Abe, le premier président américain en exercice a venir rendre hommage à la ville martyre a reconnu que cette bombe a "changé le monde".

Il y a 71 ans, un matin lumineux sans nuage, la mort est descendue du ciel et a changé monde. Un éclair lumineux et un mur de feu ont détruit la ville. Il est impossible sans doute d'éliminer les capacités diaboliques de l'homme. Donc les nations, les alliances qui nous avons constituées, doivent avoir les moyens de se défendre. Mais parmi ces nations, dont la mienne qui dispose de l'arme nucléaire, nous devons avoir le courage de sortir de la logique de la peur et d'aller vers un monde dénucléarisé.

Au Japon, le traumatisme et la mémoire du drame sont encore à vif, en particulier chez les survivants, pourtant heureux de recevoir Barack Obama, comme Emiko Okada . Elle avait 8 ans lors du bombardement.

J’accueille Barack Obama avec chaleur parce que je souhaite que personne n’ait plus jamais recours à la bombe atomique. Je suis très reconnaissante à Monsieur Obama d’être venu à Hiroshima, sept ans après son discours de Prague où il avait parlé d’un monde sans armes nucléaires. J’espère que cette visite n’est pas un simple show ou un spectacle sans lendemain. Il reste dans le monde près de 15.000 ogives nucléaires, il faut s’en débarrasser.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | À Hiroshima, Barack Obama vient s'associer à la douleur des Japonais

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.