[scald=66391:sdl_editor_representation]WASHINGTON (Reuters) - Le président Barack Obama a décrété lundi de nouvelles sanctions américaines contre l'Iran concernant les domaines de l'énergie et de la pétrochimie.

Selon la Maison blanche, ces sanctions frapperont quiconque envisage d'aider la République islamique à développer ses ressources pétrolières.

Cette mesure s'inscrit dans le cadre des pressions exercées sur Téhéran au lendemain du rapport accablant de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur la probable dimension militaire du programme nucléaire iranien.

Par ailleurs, le Trésor américain a estimé que l'Iran constituait "une source de préoccupation fondamentale au niveau du blanchiment d'argent".

Timothy Geithner, secrétaire au Trésor, a lancé une mise en garde aux banques mondiales pour qu'elles s'assurent que leurs transactions avec l'Iran ne contribuent pas à développer le programme nucléaire de ce pays.

"Les institutions financières dans le monde devraient y réfléchir à deux fois sur les risques de faire des affaires avec l'Iran", a déclaré Timothy Geithner, qui était flanqué au département d'Etat par Hilary Clinton.

Matt Spetalnick et Glenn Somerville, Jean-Loup Fiévet pour le service français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.