Barack Obama ému en évoquant la tuerie de Newtown
Barack Obama ému en évoquant la tuerie de Newtown © MaxPPP

C'est un président au bord des larmes qui a dévoilé ce mardi, en direct de la Maison Blanche, une série de mesures visant à renforcer le contrôle des armes à feu dans le pays. Dans son discours, il déclare "ne pas vouloir parler des tueries passées mais plutôt comment empêcher la prochaine".

Après sept années à la tête du pays et à moins d'un an de la fin de son mandat, Barack Obama tente une nouvelle fois de renforcer les restrictions concernant les armes à feu aux Etats-Unis.

Vérification des antécédents judiciaires et psychiatriques, licence obligatoire...

Barack Obama avait déjà tenté de renforcer les restrictions sur les ventes d'armes à feu après la tuerie de Newtown, mais ses projets avaient été bloqués par le Congrès.

Les nouvelles mesures qu'Obama préconise - vérification des antécédents judiciaires et psychiatriques des détenteurs d’armes et l’obligation pour les vendeurs d’obtenir une licence - ne sont pas, explique-t-il, "un complot visant à priver d'armes tous les Américains".

Je suis convaincu que nous pouvons trouver des moyens de réduire la violence due aux armes à feu en respectant le deuxième amendement de la Constitution.

Le président américain ne rêve plus à modification de la législation encadrant les armes à feu au cours de la dernière année de son second mandat, mais s'engage à tout faire pour que le contrôle de ces armes devienne une thème majeur lors de la campagne des élections présidentielles, prévues en novembre. Les mesures présentées ne peuvent pas suffire a elels seule à prévenir des fusillades meurtrières ni des crimes violents, avoue-t-il, mais le Pérsident américain estime qu'elle pourraient tout de même sauver des vies.

Entouré de membres de familles de personnes tuées lors de massacres, Barack Obama a estimé, à l'occasion de allocution prononcée dans la salle Est de la Maison blanche, que le droit constitutionnel des Américains à porter des armes devait êtrecontre-balancé par le droit de vivre leurs vies.

Barack Obama a ouvertement dénoncé le lobby des armes :

Le lobby des armes peut prendre le Congrès américain mais il ne peut pas prendre en otage le peuple américain.

Obama souhaite un décret sur les armes

S'exprimant devant la presse à la suite de cette réunion, le président américain a annoncé qu’il utiliserait son pouvoir réglementaire pour faire passer ses idées, évitant ainsi le Congrès, à majorité Républicain, qui est hostile à toute mesure sur le sujet et avait déjà rejeté plusieurs projets, notamment après la fusillade de l'école primaire Sandy Hook.

C'est en évoquant la tuerie que Barack Obama n'a pu retenir ses larmes. Le président américain entend mettre la question des violences armées au coeur de sa dernière année de mandat.

Jeudi soir, Barack Obama doit participer à une émission de télévision sur CNN à une heure de grande écoute. Il va devoir tenter de gagner le soutien du public dans un pays où le lobby des armes est très puissant.

Reportage dans une armurerie de notre correspondant à Washington, Frédéric Carbonne

30 000 personnes sont tuées chaque année aux États-Unis, et on parle de 300 millions d'armes à feu en circulation. dans le pays.

Didier Combeau, auteur du livre " Des Américains et des armes à feu : démocratie et violence aux États-Unis " était l'invité de Claire Servajean dans le journal de 13h00. Il explique notamment pourquoi le débat sur le contrôle des armes aux États-Unis, est dans une impasse depuis de nombreuses années.

Didier Combeau

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.