ANALYSE | La bataille de Mossoul pourrait provoquer des attentats en Europe, estime Jean-Pierre Filiu, spécialiste du Moyen-Orient. Et renforcer la présence djihadiste à Raqqa.

Les forces irakiennes avancent sur Mossoul
Les forces irakiennes avancent sur Mossoul © Reuters / stringer

Pour Jean-Pierre Filiu, professeur à Sciences Po en études moyen-orientales, la bataille de Mossoul peut se révéler inefficace, voire contreproductive. Au micro de France Inter, il explique :

Barack Obama veut quitter la Maison Blanche sur un grand coup. Il s'en tient à sa priorité irakienne sans se rendre compte que le cœur de la planification terroriste c'est Raqqa en Syrie, et non pas Mossoul en Irak.

Jean-Pierre Filiu, professeur à Sciences Po Paris, spécialiste du Moyen-Orient
Jean-Pierre Filiu, professeur à Sciences Po Paris, spécialiste du Moyen-Orient © Pamputt

Le spécialiste du Moyen-Orient est catégorique : les terroristes ne viennent pas de Mossoul, et ce n'est pas de Mossoul qu'ils sont téléguidés quand ils attaquent l'Europe. Leur base est à Raqqa, en Syrie. Et c'est justement là que, frappés à Mossoul, les djihadistes se réfugieront.

La bataille de Mossoul a débuté
La bataille de Mossoul a débuté © Visactu / Visactu

Mossoul à Obama, Alep à Poutine

L'Amérique d'Obama a fait preuve de passivité face à la mise à mort d'Alep par Poutine. On comprend mieux que chacun veuille se réserver une ville, et pas n'importe laquelle : la deuxième ville de Syrie (Alep) pour la Russie, et la deuxième ville d'Irak (Mossoul) pour les Etats-Unis..

Réfugiés qui ont fui Mossoul et le groupe état islamique
Réfugiés qui ont fui Mossoul et le groupe état islamique © Reuters / Azad Lashkari

►►►A LIRE | Mossoul cible de la coalition (article publié le 20 juillet 2016)

Au cœur de la bataille de Mossoul, les populations civiles. Jean-Pierre Filiu craint qu'elles en paient le plus lourd tribut. Des craintes confirmées par Amnesty International.

Jean-Pierre Filiu prend pour exemple la bataille de Falloujah, en juin 2016. Les forces de l'organisation État islamique se sont vengées de la perte de cette ville irakienne en attaquant Bagdad, éloignée de moins de 70 km, et en faisant près de 300 morts dans des attentats en juillet 2016.

►►►A LIRE | Le pouvoir irakien perd le contrôle de Mossoul (article publié le 10 juin 2014)

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.