Benoît Quennedey a été arrêté dimanche par les services de renseignement pour des soupçons d'espionnage au profit du régime de Pyongyang. Cet énarque a effectué de nombreux séjours en Corée du Nord depuis 2005 est considéré comme proche du régime Nord-Coréen.

Benoît Quennedey à la Librairie Tropique en sept 2017
Benoît Quennedey à la Librairie Tropique en sept 2017

Un badge à l'effigie de Kim Il Sung

Aujourd'hui mis en cause dans une affaire d'espionnage et arrêté par les agents de la DGSI, dimanche, pour «recueil et livraison d'informations à une puissance étrangère», Benoit Quennedey a un parcours de haut fonctionnaire classique. Titulaire d'un DEA d'histoire moderne, diplômé de sciences Po Paris, il intègre ensuite l'ENA, l'école nationale d'administration, promotion René Cassin. Il en sort en 2003 et, jusqu'en 2008, il est administrateur au secrétariat de la commission des finances et des comptes économiques du Sénat avant de rejoindre la Direction de l'architecture du patrimoine et des jardins. 

Parallèlement, Benoit Quennedey préside l'Association d'amitié franco coréenne et c'est à ce titre qu'il effectue de nombreux voyages en Corée du Nord depuis 2005. 

Considéré comme un proche du régime nord coréen, il a été invité en septembre dernier à participer aux cérémonies qui commémoraient le 70e anniversaire du régime, un honneur réservé à des personnes triées sur le volet.   

Un journaliste basé en Corée du sud, qui a eu l'occasion de le croiser à Pyongyang en 2008 rapporte qu'il arborait un badge à l'effigie de Kim Il Sung, le grand père de l'actuel dirigeant nord coréen. Ce badge, qui est porté par tous les Nord-Coréens, est également donné par les autorités à toutes les personnes dignes de confiance, en d'autres mots à des amis du régime. 

Fréquemment invité sur des plateaux de télévision pour parler de la Corée

On l'a vu sur la chaîne pro russe Russia Today où il est présenté comme un spécialiste des relations internationales ou sur France 24 comme expert de la Corée du Nord. 

Quennedey, invité de RT France en août 2018
Quennedey, invité de RT France en août 2018

Il a écrit deux livres dont "La Corée du Nord, cette inconnue"  en 2017. La quatrième de couverture de l'ouvrage résume le propos de l'ouvrage  : "Rarement les informations sur un pays donnent lieu à un tel traitement médiatique, où se conjuguent trop souvent anticommunisme relevant de la philosophie de comptoir, lourdes erreurs factuelles et désinformation délibérée"

En septembre 2017 à l'occasion de la présentation d'un ouvrage d'un autre auteur "Comment peut on être Coréen du Nord" à la Librairie Tropiques, on l'entend dénoncer la vision occidentale erronée "Le problème c’est que c’est un pays qui aujourd’hui a été traité comme une anomalie : c’est le dernier pays stalinien de la planète. (…) Les Coréens du Nord sont avant tout des Coréens, c’est une civilisation qui a 5000 ans qui n’a rien à envier aux civilisations chinoises ou japonaises. C’est un pays qui a sa culture propre. Vouloir le réduire à une espèce de maoïste, ou à une culture chinoise c’est une erreur fondamentale."

Depuis qu'il a été placé en garde à vue, la librairie parisienne Tropique (librairie "réfractaire") défend Benoit Quennedey bec et ongles. Le 26 novembre, une réunion de soutien était organisée dans leur boutique du 14ème arrondissement de Paris. "Il fait partie des jeunes connaisseurs de la Corée" explique le propriétaire des lieux qui parle d'arguments grotesques concernant les soupçons d'espionnage qui pèsent sur lui. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.