Les Etats-Unis ont largué jeudi leur plus puissante bombe non-nucléaire contre le groupe Etat Islamique, en Afghanistan.

La bombe MOAB utilisée pour un essai militaire en 2003
La bombe MOAB utilisée pour un essai militaire en 2003 © AFP / DOD

"Je suis tellement fier de nos militaires. C'est un nouveau succès", a déclaré Donald Trump à la presse jeudi soir, après l'annonce du Pentagone d'une frappe contre des positions du groupe Etat Islamique en Afghanistan, à l'aide de la plus forte arme non-nucléaire dont diposent les Etats-Unis, qui n'avait jamais été utilisée en combat auparavant. "La cible a été choisie pour assurer un maximum d'impact contre l'EI tout en évitant des victimes civiles", a déclaré le porte-parole des forces américaines en Afghanistan, le capitaine de vaisseau Bill Salvin.

Selon le Pentagone, la bombe a été lâchée en soutien aux forces afghanes et américaines sur le terrain, dans la province de Nangarhar, frontalière du Pakistan, où le groupe terroriste Etat Islamique a été signalé pour la première fois en Afghanistan début 2015. Depuis août 2016, de nombreuses frappes aériennes y ont été conduites par les forces américaines. Mais jamais avec une telle ampleur, comme le confirme le gouverneur du district où la munition a été larguée, Esmail Shinwari :

"C'est la plus forte explosion que j'ai jamais vue. L'endroit a été envahi par des flammes très hautes".

Selon les autorités afghanes, la bombe a tué au moins 36 combattants du groupe terroriste.

Une bombe de 10 tonnes

Quelle est cette bombe superpuissante ? Son nom officiel est GBU-43, mais elle est la plupart du temps surnommée MOAB, un acronyme qui peut avoir deux acceptions : "Massive ordonance air blast bomb" (Bombe à effet de souffle d'artillerie lourde) ou, plus populaire, "Mother of all bombs" ("La mère de toutes les bombes").

Cet engin explosif impressionne d'abord par ses dimensions : plus de neuf mètres de long, un mètre de diamètre, et surtout une masse de 10 tonnes, dont 8.500kg d'explosifs, un mélange de TNT, de poudre d'aluminium et d'un composant nommé cyclotriméthylène trinitramine, avec une puissance équivalente à celle de 11 tonnes de TNT.

Quelles sont ses particularités ? Outre sa très lourde charge explosive, c'est une bombe guidée, c'est-à-dire qu'elle est dotée d'un GPS pour atteindre sa cible le plus précisément possible. Elle a par ailleurs la particularité de détonner juste avant de heurter le sol : c'est cela qui provoque un effet de souffle, permettant d'atteindre des cibles au-delà de la seule zone d'explosion.

Est-ce vraiment sa première utilisation ? En combat, c'est effectivement la première fois que cet arme est utilisée par les Etats-Unis. Mais elle avait déjà été testée en 2003 par l'US Air Force, qui avait alors eu un aperçu de sa puissance : son explosion avait provoqué un panache de poussière et de fumées visible à plus de 32 kilomètres à la ronde.

C'est aussi puissant qu'une bombe nucléaire ? Certainement pas. Cette bombe a beau être l'arme non-nucléaire la plus puissante, elle est très loin de l'effet dévastateur d'une arme atomique. Selon l'expert Hans Kristiensen de la Fédération des scientifiques américains, sa puissance équivaut à un trentième de celle de la plus petite bombe nucléaire que possèdent les Etats-Unis.

Existe-t-il une arme non-nucléaire plus puissante ? Oui, et elle est russe : testée en 2007, elle est surnommée "Le père de toutes les bombes". Selon plusieurs sources, elle est quatre fois plus puissante que la MOAB. Sa charge explosive correspond à l'équivalent de 11 tonnes de TNT.

La MOAB en détail
La MOAB en détail © Visactu
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.