C'est un document révélé par l'hebdomadaire allemand der Spiegel : la NSA a implanté du matériel d'écoute dans les bureaux de l'Union européenne à Washington et aux Nations unies. Des diplomates européens sont qualifiés de "cible".

Ce qu'on apprend dans les documents dévoilés par le Spiegel

la fuite d'edward snowden, un revers diplomatique pour washington
la fuite d'edward snowden, un revers diplomatique pour washington © reuters

Le magazine allemand Der Spiegel cite dans un article publié samedi un document classé secret de la National Security Agency (NSA) daté de septembre 2010, que l'informaticien Edward Snowden a emporté dans sa fuite après avoir dévoilé l'existence de Prism et que les journalistes du Spiegel ont pu lire en partie.

Selon ce document, la NSA a implanté du matériel d'écoute dans les bureaux de l'Union européenne (UE) à Washington et aux Nations unies et était en mesure non seulement d'écouter les conversations téléphoniques, mais aussi d'accéder aux documents et aux courriels des diplomates européens, qualifiés de "cible" dans le document. D'après le Spiegel, l'agence de renseignement américaine surveillait aussi les systèmes de communication de l'immeuble Justus Lipsius, qui héberge le Conseil européen à Bruxelles et où les gouvernements de l'UE disposent de bureaux à partir desquels ils peuvent passer des appels sécurisés.

Les explications de Bertrand Gallicher.

Parmi ces communications, les Etats-Unis interceptent chaque mois en Allemagne quelque 500 millions de communications, par téléphone ou interne t, et près de dix fois moins en France. L'Allemagne, qui héberge des bases militaires américaines, est décrite dans ce document comme un partenaire de "troisième classe", ce qui lui vaut d'être le pays de l'Union européenne le plus surveillé, à un niveau comparable à la Chine, l'Irak ou l'Arabie saoudite. Selon le document publié :

Nous pouvons attaquer les transmissions de la plupart de nos partenaires étrangers de troisième classe, et c'est ce que nous faisons.

La NSA surveille en moyenne 20 millions d'appels téléphoniques par jour en Allemagne et 10 millions d'échanges de données internet, mais ce chiffre peut s'élever jusqu'à 60 millions d'appels les jours les plus chargés, précise le Spiegel. En comparaison, la France apparaît presque épargnée avec quelque deux millions de connections surveillées par jour , selon l'hebdomadaire allemand.

En Europe, seule la Grande-Bretagne, qui a mis en place son propre programme de surveillance, "Tempora", est explicitement désignée dans le document comme devant échapper aux écoutes - privilège qu'elle partage au niveau mondial avec le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande.

Les réactions

La France a demandé dimanche aux Etats-Unis des explications. Selon Laurent Fabius dans un communiqué :

La France a demandé aujourd'hui des explications aux autorités américaines au sujet des informations dévoilées par l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, selon lesquelles la National Security Agency (NSA) aurait espionné les institutions de l'Union européenn. Ces faits, s'ils étaient confirmés, seraient tout à fait inacceptables. Nous attendons des autorités américaines qu'elles lèvent dans les plus brefs délais les inquiétudes légitimes suscitées par les révélations de la presse.

A Bruxelles, tout le monde est "scandalisé. les précisions de Joanna Hostein

__ > Au nom du parlement européen, j'exige tous les éclaircissements et demande aux autorités américaines de fournir rapidement un complément d'informations concernant ces accusations. C'est le président du parlement européen, l'Allemand Martin Schulz qui a vivement réagi aux informations du Spiegel estimant que s'il était confirmé que la NSA américaine avait bien espionné des bureaux de l'Union européenne, cela aurait un "impact sérieux" sur les relations entre l'UE et Washington. La ministre allemande de la Justice a exigé des explications immédiates des autorités américaines : il faut que du côté américain on nous explique immédiatement et en détail si ces informations de presse à propos d'écoutes clandestines totalement disproportionnées par les Etats Unis dans l'Union européenne sont exactes ou non. Le Premier secrétaire du PS, Harlem désir a qualifié l'attitude des Amércicain d'"inacceptable". Dans un communiqué, le député Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire national du PS en charge de l'Europe et de l'international, va plus loin : "Si les révélations sur les écoutes américaines des institutions européennes s'avéraient exactes, alors il faudrait a minima suspendre les négociations du traité de libre échange transatlantique". Même son de cloche pour le député européen écologiste Daniel Cohn-Bendit. _"Il faut interrompre les négociations sur l'accord de libre-échange"_
A la droite de la droite, Nicolas Dupont-Aignan juge "_inacceptable_ " l'espionnage entre alliés
En revanche, à droite, l'ancien secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Pierre Lelouche comprend que les Etats-Unis se soient dotés de "_moyens d'influence_ ".
### Et aux Etats-Unis ? Les Américains, eux, ne parlent pas beaucoup ce matin de cette affaire... Officiellement, les Etats-Unis ne réagissent pas, et ne répondent pas aux demandes d'explications de l'Europe. _Bref, face aux révélations, les autorités américaines restent muettes, ou presque, Charlotte Alix._
### Edward Snowden et le système PRISM Edward Snowden se trouve depuis presque une semaine dans la zone de transit de l'aéroport de Moscou, en attendant la réponse de l'Equateur à sa demande s'asile politique.
L'affaire Snowden
L'affaire Snowden © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.