Le conservateur Boris Johnson, figure emblématique de la campagne pour le Brexit, est pressenti pour remplacer David Cameron comme Premier ministre.

Boris Johnson lors d'un point presse après le vote
Boris Johnson lors d'un point presse après le vote © Reuters / Stefan Rousseau

Boris Johnson est un député conservateur de 52 ans. Ancien journaliste dans des groupes de presse conservateurs (dont le Daily Telegraph) il est élu à la Chambre des communes en 2001, réélu en 2005 puis maire de Londres de mai 2008 à mai 2016 (deux mandats). Son bilan à la mairie est assez mince, mais sa personnalité, son franc-parler et son goût pour l’outrance et pour l’exposition médiatique font de lui une « star ». La réussite des Jeux olympiques de Londres en 2012 restera à son crédit.

Une campagne acharnée

Farouche partisan du Brexit, il a sillonné les communes anglaises tel un pèlerin, pour convaincre les Britanniques qu’une sortie de l’Union Européenne serait synonyme de développement économique, de sécurité. Il a mené une campagne acharnée anti-immigration. Selon Boris Johnson, "les Britanniques ont repris jeudi leur destin en mains". Plein de contradictions, Boris Johnson s'est exprimé après le vote : les électeurs ont cherché dans leur cœur et ont répondu qu'il était temps de prendre le contrôle (...) Après ce vote, il n'y a pas lieu de se précipiter(...) Rien ne va changer à court terme (...) Pour moi le Royaume Uni continuera à devenir une grande puissance européenne.

Un avenir prometteur

Boris Johnson est devenu le leader de la campagne pro sortie de l'Union européenne. Pourtant, il a co-signé avec 83 autres députés une tribune appelant au maintien de David Cameron comme Premier ministre quelle que soit l'issue du référendum.

►►►LIRE | Brexit : un camouflet pour Cameron

Il apparait aujourd’hui comme le prétendant le plus sérieux au poste de Premier ministre. Il pourrait d'abord faire son entrée au gouvernement comme ministre après «un remaniement», avant de prendre le poste de Cameron lors de son départ à l’automne et du vote du Parti conservateur .

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.