Bouteflika est à la tête de l'Etat algérien depuis 1999
Bouteflika est à la tête de l'Etat algérien depuis 1999 © Radio France / Ramzi Boudina

Selon ses services, le président algérien doit regagner son pays ce samedi, après une série d'examens médicaux dans une clinique de Grenoble. Cette nouvelle hospitalisation a relancé le débat sur sa capacité à assurer ses fonctions.

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika est sorti samedi de la clinique de Grenoble où il avait été admis jeudi et a décollé pour Alger.

Plus tôt dans la journée, une source proche de la présidence algérienne indiquait à Reuters qu'il devait regagner Alger dans la journée après une série d'examens médicaux. "Il rentrera à Alger aujourd'hui après un bilan de santé en France".

Le récit de Leïla Berrato

Le chef de l'Etat âgé 77 ans, qui a été victime l'an dernier d'un accident vasculaire cérébral, a été admis jeudi dans une clinique de Grenoble.

Selon Le Dauphiné libéré, qui a révélé son hospitalisation, le dirigeant algérien dont l'état de santé précaire suscite des spéculations depuis 2005 a été hospitalisé dans un service de cardiologie et de maladie vasculaire de la clinique Alembert.

"D'un point de vue intellectuel, il fonctionne très bien"

Jusqu'ici, Amar Saadani, secrétaire général du FLN, le parti du président algérien, affirmait que l'information était erronée. Elle est finalement confirmée à demi-mot par la présidence, qui attend le retour du dirigeant dans la journée à Alger.

Deux sources gouvernementales françaises avaient confirmé que le président algérien était arrivé jeudi.

Abdelaziz Bouteflika, qui détient le record de longévité à la tête de la République algérienne, est en fonction depuis le 27 avril 1999. Il a été réélu le 17 avril dernier avec plus de 81% des suffrages.

Pour le directeur du quotidien El Watan, Omar Bellouchette, cette nouvelle hospitalisation pose question (il répond à Olivier Poujade)

Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, l'a rencontré Abdelaziz Bouteflika lundi en Algérie où il s'est rendu avec le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, pour inaugurer une usine Renault à Oran. Selon lui, le président algérien "a un petit problème d'élocution, mais du point de vue intellectuel, il fonctionne très bien".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.