Ils font partie de ceux qui ne voient pas d’un bon œil l’arrivée au pouvoir de Jaïr Bolsonaro. Les indigènes d'une communauté toute proche de Brasilia se sentent menacés par un projet immobilier et plus largement par son absence de conscience environnementale.

Edson craint les futures décisions de Bolsonaro.
Edson craint les futures décisions de Bolsonaro. © Radio France / Gilles Gallinaro

Leur terrain est menacé par un projet immobilier. Au pied de grandes tours, leurs baraques de bois et de briques rouges sont encore protégées par la forêt et les décisions de justice, encore respectées par l’ancien gouvernement. Mais Irène, l'une des habitante de la réserve Kariri-Xocó, n’est pas certaine qu’elles continuent de l’être avec Jair Bolsonaro.

"J'ai peur , j'ai très peur. Il ne m'inspire pas confiance" assure Irène, assise au centre.
"J'ai peur , j'ai très peur. Il ne m'inspire pas confiance" assure Irène, assise au centre. © Radio France / Gilles Gallinaro

Les dernières déclarations du nouveau président, qui a déjà prévenu qu’il ne céderait pas aux indigènes un millimètre de terres en plus, n’inspirent rien de bon à Edson. 

Ce qu’il veut, c’est nous envoyer dans les villes pour mieux exploiter nos terres. 

"Il veut tuer la forêt, en finir avec les natifs, explique Edson. Planter du soja, élever des poulets, déplacer les gens pour élever des poules... Je suis contre ça. Pour qu’un pays soit puissant, on n’a pas besoin de s’attaquer aux arbres. Et pourquoi vouloir à tout prix être puissant si c’est pour faire souffrir les gens sans qu’ils puissent respirer, cultiver et se nourrir ? Je ne suis pas d’accord avec lui."
Les projets du président d'inspirent pas plus confiance à Irène qui explique sa peur de l'avenir.

L'entrée de la réserve indigène à Brasilia.
L'entrée de la réserve indigène à Brasilia. © Radio France / Gilles Gallinaro

Le président a déjà indiqué qu'il fera passer les intérêts miniers et agricoles avant la protection de l'environnement

Pendant sa campagne et peu après avoir gagné l'élection présidentielle en octobre dernier, l'ancien militaire a  déclaré qu'il reverrait la carte des réserves indigènes, les jugeant "surdimensionnées". Jair Bolsonaro projette de remettre en question les démarcations des territoires indigènes, notamment pour extraire des terres les ressources minières. 

Le nouveau président a également choisi de retirer du ministère de la Justice, la Fondation Nationale de l’Indien. Cette institution n’aura désormais plus le même poids dans les nombreux conflits qui l’opposent aux lobbys de l'agrobusiness, des soutiens sur lesquels Bolsonaro compte s’appuyer au congrès.  

Le reportage d'Olivier Poujade auprès des indigènes du Brésil :

1 min

Le reportage d'Olivier Poujade et de Gilles Gallinaro auprès des indigènes du Brésil.

Par Gilles Gallinaro
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.