Lula est soupçonné de tremper dans le scandale de corruption de la compagnie Petrobas
Lula est soupçonné de tremper dans le scandale de corruption de la compagnie Petrobas © MaxPPP

A Sao Paulo, le domicile de l’ancien président du Brésil a été perquisitionné et Luiz Inacio Lula da Silva emmené par la police pour un interrogatoire. L’icône populaire de la gauche brésilienne est soupçonné d’avoir perçu des faveurs de la part de grandes entreprises pétrolières et du bâtiment.

Les enquêteurs ont débarqué ce vendredi à Sao Paulo au domicile de Lula , ancien président du Brésil de 2003 à 2011, pour des perquisitions réalisées dans le cadre de l’opération " Lavage rapide " . Cette figure-clé de la scène politique brésilienne a ensuite été placée en garde à vue au siège de la police fédérale, à l'aéroport de Congonhas (Sao Paulo).

►►►A Rio, la correspondance d'Anne Vigna :

La police est, depuis 2014, sur les traces d’un vaste réseau de corruption au sein de Petrobas , qui aurait couté près de deux milliards de dollars à cette compagnie pétrolière publique , accusée d’avoir accordé de nombreuses " faveurs " à Lula. Au sein de ce système, de nombreuses grandes entreprises du BTP lui auraient également versé près de huit millions de dollars , en dons et divers honoraires pour des conférences.

Les faveurs sont nombreuses et difficiles à quantifier. Il est plus facile de quantifier les travaux effectués dans l'appartement triplex et la maison de campagne (le procureur Carlos Fernando dos Santos Lima, en charge de l'enquête)

Selon la police, un système de corruption et de blanchiment d'argent aurait permis definancer des campagnes électorales et de couvrir des dépenses du Parti des travailleurs (PT) dont Lula était le chef de file.

Le procureur explique ainsi avoir les preuves de ces " avantages " accordés à l’ancien président et à sa famille, mais n’envisage pas de demander son incarcération. Quelque 200 policiers et 30 agents du fisc ont participé à cette vague d'opérations vendredi.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.