David Cameron est parvenu à négocier avec ses partenaires européens
David Cameron est parvenu à négocier avec ses partenaires européens © MaxPPP

Un accord sur le Brexit a donc été signé vendredi soir à Bruxelles. David Cameron est parvenu à négocier avec ses partenaires européens un accord sur une réforme de l’UE. Le référendum aura bien lieu le 23 juin.

Ce compromis exclut le Royaume-Uni du principe européen d’une «Union toujours plus étroite » et permettra à Londres de restreindre les aides sociales des travailleurs immigrés.

David Cameron crie victoire. Mais le plus dur commence. Il va devoir convaincre les Britanniques qu’il s’agit d’un bon accord en vue d’un référendum qui devrait avoir lieu dès cet été.

Cameron fera campagne pour le maintien dans l’Union

David Cameron parle de « changements significatifs », il se dit privilégié d’avoir pu ainsi contribuer à réformer l’Union européenne. Le Britannique en est convaincu, il a obtenu un bon accord avec ses partenaires européens. Il peut donc, ce qui ne faisait guère de doutes, confirmer qu’il fera campagne pour le maintien dans l’Union.

« Je pense que nous sommes plus forts, plus en sécurité, et plus prospères au sein d’une Union européenne réformée. Et c’est pourquoi je ferai campagne de tout mon cœur et de toute mon âme pour convaincre le peuple britannique de rester dans cette UE réformée que nous avons obtenue », déclare David Cameron.

Référendum sur le Brexit, le 23 juin

En effet, la décision revient maintenant aux électeurs britanniques. Ils vont se prononcer par référendum sur le Brexit, le 23 juin. Seront-ils conquis par l’accord obtenu par Cameron ou pencheront-ils plutôt du côté des eurosceptiques qui jugent ces réformes insignifiantes?

On connaîtra vite les forces en présence. Dès ce samedi, après la réunion du cabinet, plusieurs ministres de Cameron vont annoncer qu’ils soutiennent le Brexit, dont celui de la Justice Michael Gove, proche du Premier ministre. Mais chacun sait que c’est sur le terrain et non à Westminster que se gagnera le référendum.

Le reportage et l'analyse de Franck Mathevon :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.