Les avancées exigées par Bruxelles pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européennes ont été réalisées dans les trois dossiers jugés prioritaires (frontière entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord, règlement financier, et droits des citoyens expatriés). Il va falloir passer à la phase 2.

Selon Michel Barnier, négociateur en chef du Brexit pour l'UE, le traité de libre échange entre le Canada et l'UE (Ceta), négocié pendant sept ans, servira de modèle aux négociations commerciales avec le Royaume-Uni
Selon Michel Barnier, négociateur en chef du Brexit pour l'UE, le traité de libre échange entre le Canada et l'UE (Ceta), négocié pendant sept ans, servira de modèle aux négociations commerciales avec le Royaume-Uni © AFP / Alexandros Michailidis / SOOC

En finir le 29 mars 2019

Après le vote des Britanniques en faveur du Brexit lors du référendum de juin 2016, la Première ministre Theresa May a officiellement formalisé le 29 mars l'intention de son pays de quitter l'UE. Elle a ainsi ouvert une période de tractations de deux ans avant le retrait officiel du Royaume-Uni, qui doit survenir le 29 mars 2019.

Les négociations avec Bruxelles ont commencé en juin sur trois dossiers prioritaires: les droits des citoyens européens, la facture de sortie et la question irlandaise.

La Commission européenne, qui mène les négociations du Brexit au nom de l'UE à 27, a estimé vendredi que des "progrès suffisants" ont été atteints dans ces trois domaines, ouvrant la porte à l'ouverture de la deuxième phase de négociations sur la future relation commerciale entre l'UE et le Royaume-Uni.

Le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, veut voir un accord ficelé en octobre 2018, pour donner le temps au Parlement européen, et aux Parlements nationaux concernés, de ratifier le texte.

A la question "Qu'arrivera-t-il au deuxième tour de négociations?", sur le site de l'Union européenne, il est répondu ceci : "L'ordre du jour de ce tour sera publié sur notre site Web, une fois disponible". 

A la City de Londres, on se fait une autre idée de la réponse. Désormais, c'est la question des échanges commerciaux qui passe au premier plan. 

Le calendrier de la sortie du Royaume-Uni de l'Union de l'Européenne
Le calendrier de la sortie du Royaume-Uni de l'Union de l'Européenne © AFP / Laurence SAUBADU, Gillian HANDYSIDE, Sabrina BLANCHARD

Et maintenant l'accord commercial

L'UE travaillera désormais sur un accord commercial avec le Royaume-Uni sur le modèle de celui conclu avec le Canada.

Les Britanniques veulent sortir du marché unique car ils ne veulent pas respecter les quatre libertés (notamment la liberté indissociable des trois autres, la liberté de circulation des personnes), selon Michel Barnier. 

Ils veulent "sortir de l'Union douanière car ils veulent retrouver leur souveraineté en matière de négociations commerciales", a-t-il ajouté.

Le traité de libre échange entre le Canada et l'UE (Ceta), approuvé en février 2017 par le Parlement européen, avait été négocié pendant sept ans.

Présenté par les dirigeants européens comme un nouvel "accord modèle" de libre-échange, le Ceta est jugé par ses adversaires comme anti-démocratique, trop favorable aux multinationales, léger sur l'environnement ou encore dangereux pour l'agriculture européenne.

"Et puis au-delà de tout cela ils ne veulent plus reconnaître le rôle de la Cour européenne de justice", a expliqué Michel Barnier.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.