Avant les sommets de Berlin et Bruxelles, François Hollande a reçu cette après-midi tous les dirigeants des partis français pour préparer l'après-Brexit.

François Hollande à l'Elysée (illustration)
François Hollande à l'Elysée (illustration) © Maxppp / JEREMY LEMPIN

François Hollande, qui promet que la France sera "à l'initiative" pour gérer l'après-Brexit, a enchaîné cet après-midi les rencontres avec les chefs des partis français. Chacun  reçu une demi-heure, comme après les attentats de janvier et novembre 2015, ou lors du débat sur la déchéance de nationalité. "L'Europe est soumise à une épreuve et il est normal que le président de la République consulte les forces politiques représentées au Parlement français et européen", a fait savoir l'Elysée à l’AFP.

Le Président s'est d'abord entretenu avec Jean-Christophe Cambadélis (PS), pressé de voir Londres quitter l'UE.

Puis c'est Nicolas Sarkozy qui a franchi le perron de l'Elysée. Le chef de Les républicains réclame un "nouveau traité" européen pour, notamment, rétablir le contrôle aux frontières.

55 sec

Nicolas Sarkozy réclame un nouveau traité européen post-Brexit.

Par Aurélien Colly

Jean-Luc Mélenchon, du Parti de Gauche,  est lui ressorti "consterné" de son entretien avec François Hollande. Les propositions de François Hollande, n'étaient, a-t-il déploré, "qu'une agitation et des bricolages".

Marine Le Pen, présidente du Front national, a réclamé un nouveau référendum sur la sortie de la France de l'Union européenne - et a essuyé une fin de non recevoir de François Hollande.

François Bayrou, pour le Modem, a plaidé pour que le processus de sortie de la Grande-Bretagne se fasse rapidement.

55 sec

François Bayrou

Par Aurélien Colly

Jean-Christophe Lagarde (UDI), Sylvia Pinel (Radicaux de gauche), David Cormand (EELV), Pierre Laurent (PCF), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) ont eux aussi été reçus à l’Elysée.

Lundi, François Hollande sera à Berlin pour une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel et le premier ministre italien Matteo Renzi. Puis mardi et mercredi, tous seront à Bruxelles pour le sommet européen.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.