Avant les sommets de Berlin et Bruxelles, François Hollande a reçu cette après-midi tous les dirigeants des partis français pour préparer l'après-Brexit.

François Hollande à l'Elysée (illustration)
François Hollande à l'Elysée (illustration) © Maxppp / JEREMY LEMPIN

François Hollande, qui promet que la France sera "à l'initiative" pour gérer l'après-Brexit, a enchaîné cet après-midi les rencontres avec les chefs des partis français. Chacun  reçu une demi-heure, comme après les attentats de janvier et novembre 2015, ou lors du débat sur la déchéance de nationalité. "L'Europe est soumise à une épreuve et il est normal que le président de la République consulte les forces politiques représentées au Parlement français et européen", a fait savoir l'Elysée à l’AFP.

Le Président s'est d'abord entretenu avec Jean-Christophe Cambadélis (PS), pressé de voir Londres quitter l'UE.

Puis c'est Nicolas Sarkozy qui a franchi le perron de l'Elysée. Le chef de Les républicains réclame un "nouveau traité" européen pour, notamment, rétablir le contrôle aux frontières.

Jean-Luc Mélenchon, du Parti de Gauche,  est lui ressorti "consterné" de son entretien avec François Hollande. Les propositions de François Hollande, n'étaient, a-t-il déploré, "qu'une agitation et des bricolages".

Marine Le Pen, présidente du Front national, a réclamé un nouveau référendum sur la sortie de la France de l'Union européenne - et a essuyé une fin de non recevoir de François Hollande.

François Bayrou, pour le Modem, a plaidé pour que le processus de sortie de la Grande-Bretagne se fasse rapidement.

Jean-Christophe Lagarde (UDI), Sylvia Pinel (Radicaux de gauche), David Cormand (EELV), Pierre Laurent (PCF), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) ont eux aussi été reçus à l’Elysée.

Lundi, François Hollande sera à Berlin pour une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel et le premier ministre italien Matteo Renzi. Puis mardi et mercredi, tous seront à Bruxelles pour le sommet européen.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.