Explosions à l'aéroport de Bruxelles, mardi 22 mars 2016
Explosions à l'aéroport de Bruxelles, mardi 22 mars 2016 © Reuters

La première déflagration a eu lieu peu avant 8h sur une piste puis au premier étage de l'aéroport. De nombreuses personnes ont été blessées. L'aérogare a été fermée et évacuée. Selon les pompiers sur place, ces attaques ont fait au moins 21 morts.

Une première explosion a été entendue dans le hall des départs, puis une deuxième déflagration. De la fumée s'échappait du bâtiment, selon les images retransmises par les médias belges

Le procureur de Belgique confirme qu’il s’agit bien d'un attentat-suicide. Un homme se serait fait exploser après avoir scandé des phrases en arabe. Une autre bombe a été retrouvée dans l'aéroport avant qu'elle n'explose.

Carte de situation
Carte de situation © Google

Le parquet fédéral parle de 13 morts et 35 blessés, les pompiers sur place de 21 morts. Les liaisons ferroviaires à destination de l'aéroport de Zaventem ont été suspendues et l'aéroport fermé.

Le journaliste de la RTBF Xavier Mouligneau explique

► ► ► Un numéro d'urgence a été mis en place côté belge (+32 2 506 47 11) et côté français (01 45 55 80 00)

Les passagers ont rapidement quitté l'aéroport en courant, abandonnant leurs bagages sur place. L'évacuation de l'aéroport se poursuit actuellement dans le calme.

Écouter le témoignage de ce passager

Explosions dans le métro bruxellois

Selon des témoins sur place et l'AFP, plusieurs explosions ont été entendues dans des stations de métro de la capitale belge. L'une d'elle se trouve au coeur du quartier européen de la ville.

Le service du métro a été rapidement interrompu après ces explosions, tout comme les bus et les trams.

Paris réagit

En France, la sécurité a été immédiatement renforcée dans les aéroports et les gares françaises. Les trains Thalys (entre la France, la Belgique et les Pays-Bas) et Eurostar (vers l’Angleterre) ne circulent plus. L'Élysée a annoncé une réunion d'urgence avec François Hollande, Manuel Valls, Bernard Cazeneuve et Jean-Yves Le Drian.

.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.