Le lieutenant-colonel Isaac Zida arrangue la foule de manifestants anti-gouvernementaux
Le lieutenant-colonel Isaac Zida arrangue la foule de manifestants anti-gouvernementaux © REUTERS/Joe Penney

Alors que deux militaires se sont proclamés nouveaux chefs d'Etat en deux jours, l'armée a tranché lors d'une réunion samedi matin et désigné e lieutenant-colonel Isaac Zida "pour conduire la période de transition"

L'armée a fait son choix entre les deux prétendants. Des hauts gradés à l'état-major se sont réunis samedi matin à Ouagadougou est ont désigné le lieutenant-colonel Isaac Zida pour conduire le régime de transition au Burkina Faso, selon un communiqué publié à l'issue d'une réunion et signé par le chef d'état-major, le général Honoré Traoré, qui briguait aussi le pouvoiret et qui reconnaît de facto la victoire de son rival.

Le lieutenant-colonel Issac Zida a été retenu à l'unanimité pour conduire la période de transition ouverte après le départ du président Compaoré par la haute hiérarchie militaire, après concertation à l'état-major des armées.

L'opposition refuse que l'armée prenne le pouvoir et appelle à manifester

La forme et le calendrier de cette transition seront précisés ultérieurement, lors de consultations avec l'ensemble des acteurs de la société civile, dit l'armée, mais les partis de l'opposition et les organisations de la société civile burkinabè, réunis samedi à Ouagadougou, ont exigé une transition "démocratique et civile", et pas militaire :

La victoire issue de l'insurrection populaire appartient au peuple, et par conséquent la gestion de la transition lui appartient légitimement et ne saurait être en aucun cas confisquée par l'armée.

L'opposition et la société civile burkinabè appellent la population à un grand meeting sur la place de la Nation à Ouagadougou, dimanche à 8 heures du matin. La Place de la Nation, située dans le centre de Ouagadougou, a été le lieu de rassemblement privilégié cette semaine des manifestations populaires qui ont chassé du pouvoir le président Blaise Compaoré.

Deux militaires s''étaient proclamés nouveaux chefs de l'Etat en deux jours

D'abord vendredi, le chef d'état-major des armées, le général Honoré Traoré , un proche de Blaise Compaoré, annonce assumer l'intérim de la présidence . Mais durant la nuit, le lieutenant-colonel Isaac Zida, numéro deux de la garde républicaine , à la tête d'un groupe de jeunes officiers, annonce à la radio avoir pris le pouvoir.

La foule, elle, réclame depuis plusieurs jours un autre militaire : Kouamé Lougué, un ancien ministre de la Défense,, très apprécié des troupes et de la population, qui a participé au coup d'Etat qui a porté Blaise Compaoré au pouvoir en 1987. Ce même Kouamé Lougué avait rencontre l'état-major des armées jeudi, avant de rejoindre des responsables de l'opposition dont Bénéwendé Sankara. Isaak Zida et Kouamé Lougué devraient se rencontrer ce samedi.

"L'armée est intervenue pour éviter que s'installe l'anarchie"

L'arrivée au pouvoir, vendredi, du général Honoré Traoré a été contestée par les manifestants et par un certain nombre d'officiers de l'armée. Des échanges de tirs nourris ont été entendus près du palais présidentiel aux premières heures de la journée de samedi et peu après, le lieutenant-colonel Zida a annoncé à la radio qu'il avait pris le pouvoir :

J'assume désormais, à partir d'aujourd'hui, les responsabilités de chef de cette transition et de chef de l'Etat pour assurer la continuité de l'Etat",

Isaac Zida a déclaré être en contact avec plusieurs autres officier supérieurs de l'armée et ajouté que l'annonce par le général Traoré de son accession à la présidence à titre provisoire était nulle et non avenue.

Le nouvel homme fort a expliqué que l'armée était intervenue "pour éviter que s'installe l'anarchie" et "amorcer un processus de transition démocratique". Il a assuré que l'ensemble des partis politiques et des organisations de la société civile y seraient associés. Il a également demandé la "compréhension" et le soutien de la communauté internationale et en particulier de l'Union africaine et de la Cédéao, la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest.

On ignore dans l'immédiat où se trouve Honoré Traoré. Le chef d'état-major de l'armée n'a pas été vu en public depuis la conférence de presse qu'il a tenue peu après la démission de Blaise Compaoré.

Quant au président déchu Blaise Compaore, il est, selon les témoins intrrogés et les agences de presse, à Yamoussoukro dans une résidence d'Etat pour les hôtes étrangers, ou à Assinie, une station balnéaire située à l'est d'Abidjan. Son arrivée dans le pays a en tout cas été confiréme par des sources militaires ivoiriennes.

On le savait jusqu'ici parti en convoi en direction de la ville de Pô, dans le sud du pays, proche de la frontière ghanéenne.

►►► POUR EN SAVOIR PLUS | Burkina Faso : le Président s’accroche, l’armée contrôle, la foule gronde

Burkina Faso ide
Burkina Faso ide © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.