Lieutenant Colonel Yacouba Isaac Zida
Lieutenant Colonel Yacouba Isaac Zida © REUTERS/Joe Penney

Le président en exercice de l'Union africaine est arrivé lundi à Ouagadougou pour rencontrer les protagonistes de la crise burkinabè, qui négocient toujours le processus de restitution aux civils du pouvoir, détenu par l'armée depuis la chute du président Compaoré.

Une visite qui intervient alors que le processus de restitution du pouvoir à des autorités civiles a franchi une nouvelle étape dimanche.

Les partis politiques d'opposition, les associations de défense des droits civiques et des chefs religieux se sont mis d'accord sur une charte prévoyant la création d'une autorité de transition afin de préparer des élections démocratiques au Burkina Faso. Le gouvernement intérimaire serait composé de 25 membres qui n'auraient pas la possibilité de se présenter à l'élection présidentielle, ni aux élections législatives qui doivent avoir lieu l'an prochain.

Cet accord doit être présenté cette semaine au lieutenant-colonel Isaac Zida qui s'est proclamé chef de l'Etat après la fuite du président Blaise Compaoré après des manifestations.

"L'Union africaine n'est pas venue pour sanctionner le Burkina Faso"

Malgré les récentes déclarations d'Izaac Zida, qui avait balayé d'un revers de main l'ultimatum lancé par l'UA aux autorités militaires pour qu'elles rendent le pouvoir au civil, l'accueil qu'il a réservé à Mohamed Ould Abdel Aziz, a été chaleureux.

Le 3 octobre, l'Union africaine avait donné deux semaines aux autorités militaires pour passer la main à un gouvernement intérimaire civil.

Les explications de Bertrand Gallicher

Nous sommes venus pour participer à la solution de la crise politique, qui viendra des Burkinabè.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.