Zida était membre de la garde rapprochée de l'ancien président Comparoré
Zida était membre de la garde rapprochée de l'ancien président Comparoré © Radio France / Joe Penney

Le Burkina va demander au Maroc l'extradition du président déchu Blaise Compaoré. Le premier ministre intérimaire Isaac Zida promet également que "tous les dossiers en suspens seront rouverts", dont celui de l'assassinat de Thomas Sankara en 1987.

Isaac Zida a donné une conférence de presse jeudi soir :

Si au niveau de la justice, une plainte est déposée contre le président Compaoré, je pense que nous allons demander au Maroc, bien qu'il n'y ait pas d'accord de justice (...) de mettre le président Compaoré à la disposition de la justice burkinabé.

Blaise Compaoré a fui son pays le 31 octobre pour se réfugier en Côte d'Ivoire avant de rejoindre le Maroc le 20 novembre. À la tête du Burkina depuis 1987, il a démissionné à la suite de plusieurs grandes manifestations contre son projet d'amender la Constitution afin de se maintenir au pouvoir.

Opération mains propres

Soutenu par les Occidentaux pour son rôle de médiateur dans les conflits régionaux en Afrique de l'Ouest au cours des dernières années, il laisse derrière lui un pays rongé selon beaucoup par la corruption et l'impunité. Isaac Zida a promis une nouvelle ère de transparence :

Nous devons faire la lumière sur tout ce qui s'est passé sous le règne de Blaise Compaoré. (...) Tous les dossiers en suspens seront rouverts.

Parmi eux, le coup d'Etat de 1987 qui a coûté la vie au président de l'époque, Thomas Sankara, dans des circonstances toujours inexpliquées, et la mort en 1998 du journaliste d'investigation Norbert Zongo, qui enquêtait sur le décès d'un chauffeur employé par le frère de Blaise Compaoré.

► ► ►REPORTAGE | "Partout ailleurs" : les maths et les femmes, l'avenir du Burkina

Isaac Zida a menacé de renationaliser les sociétés dont la privatisation a lésé la population et affirmé que les personnes soupçonnées de corruption devaient être convoquées pour s'expliquer. Le gouvernement intérimaire est censé gérer la transition dans le pays pendant un an avant de nouvelles élections.

Le Burkina depuis 1960
Le Burkina depuis 1960 © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.