Mgr Barbarin au rassemblement en soutien aux Chrétiens d'Irak le 27 juillet à Lyon
Mgr Barbarin au rassemblement en soutien aux Chrétiens d'Irak le 27 juillet à Lyon © MaxPPP/Le Progrès/Maxime Jégat

De retour d’Irak, l’archevêque de Lyon souhaite qu'on aide les populations persécutées à rester sur place, plutôt que de les accueillir ailleurs, notamment en France.

Le cardinal Philippe Barbarin s'est félicité de la position de François Hollande sur "l'impérieuse nécessité d'assurer la protection" des chrétiens d'Orient pour "leur permettre de rester dans leur pays".

"Cette déclaration a été très bien reçue", a expliqué Mgr Barbarin :

Tout le monde comprend la tentation de fuir ou de partir car trop, c'est trop, mais il vaut mieux qu'ils restent.

Face à la dégradation de la situation en Irak, la France s'est dit prête fin juillet à accorder l'asile aux chrétiens d'Orient Les consulats français à Bagdad et Erbil ont également reçu pour instruction d'accueillir et de protéger les déplacés "si l'urgence le justifiait". Cette proposition laisse le Cardinal sceptique : "Elles sont généreuses, note Mgr Barbarin, mais on ne sait pas très bien comment on va faire et qui pourra être choisi."

Le Cardinal Philippe Barbarin

Les chrétiens de Mossoul, deuxième ville d'Irak, tombée le 10 juin aux mains de l'État islamique (EI), ont fui en masse, après un ultimatum des djihadistes de l'EI leur donnant quelques heures pour quitter les lieux. Seules quelques familles chrétiennes y subsisteraient, contre 35.000 personnes il y a dix ans.

►►► POUR EN SAVOIR PLUS | Le Cardinal Barbarin se mobilise pour les Chrétiens d'Irak

Accompagné de l'évêque d'Evry, Mgr Michel Dubost, et du directeur général de l'Oeuvre d'Orient, Mgr Pascal Gollnisch, le cardinal Philippe Barbarin a été accueilli pendant trois jours par le patriarche chaldéen, et s'est rendu notamment dans la province du Kurdistan irakien et dans des localités historiques du christianisme oriental aux alentours de Mossoul.

Les combats en Irak auraient fait au moins 600.000 déplacés toutes religions confondues

Mgr Barbarin s'est également ému de la "très grande souffrance chez les musulmans" vivant sous le joug de ces islamistes extrémistes.

La France va saisir le Conseil de sécurité de l'Onu pour obtenir une condamnation des crimes commis par l'Etat islamique en Irak

Laurent Fabius et Bernard Cazeneuve ont rencontré vendredi les représentants de l’Église catholique et des communautés chrétiennes d'Orient Irak. Dans le communiqué publié conjointement après la réunion au Quai d'Orsay, les deux ministres écrivent que -outre le Conseil de sécurité-

La France saisira également le Conseil des droits de l'Homme pour qu'une enquête soit menée sur ces crimes

Laurent Fabius a également annoncé son intention de se rendreen Irak "dès qu'un nouveau gouvernement sera nommé, afin d'évoquer sur place ces questions et l'ensemble de la situation politique, sécuritaire et humanitaire irakienne".

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.