Première distribution depuis un mois sur le camp de déplacés de l’aéroport de M’Poko. Mardi, 12 000 déplacés ont reçu les premières rations de nourriture, et du matériel de première urgence.

Le Haut Commissariat aux réfugiés a recencé 132.000 personnes. Impossible de donner de la nourriture à tout le monde en même temps, le camp a été découpé en 10 zones différentes. L'aide a donc concerné, dans un premier temps, 2 400 familles. Elle devrait se poursuivre pendant deux semaines.

Deux précédentes tentatives avaient échoué, ce qui avait fait monté la tension au sein de la population. "Cette fois-ci, nous avons demandé aux gens de s'organiser et d'aider les employés humanitaires dans leur tâche", a précisé l'archevêque Dieudonné Nzapalainga, qui était présent sur place.

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a notamment distribué des moustiquaires, des matelas, descouvertures et du savon. Le Programme alimentaire mondial (PAM)a donné du riz, de l'huile et du sucre.

Pas de renforcement de la présence française

La France n'enverra pas de renforts en Républicaine centrafricaine. C'est ce qu'assure le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius dans Le Parisien/Aujourd'hui en France.

Nous n'avons pas vocation à nous substituer aux Africains (...) La Misca (force d'interposition africaine) monte en régime et passera bientôt à 6.000 hommes. Elle joue déjà son rôle sur le terrain. Donc, il n'y aura pas de renforts en Centrafrique. Nous maintiendrons notre contingent de 1.600 hommes. Une stabilisation politique de la situation sera capitale.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.