Catherine Samba Panza, la présidente centrafricaine
Catherine Samba Panza, la présidente centrafricaine © Philippe Randé/Radio France

Catherine Samba Panza est à la tête de la République centrafricaine depuis un mois. Pour la nouvelle Présidente, l’Etat n’est pas présent partout mais l’embrasement du pays a été évité.

Les tueries entre chrétiens et musulmans ont plongé le pays dans une crise humanitaire sans précédent avec près d'un million de déplacés sur une population totale de 4,6 millions d'habitants et un exode de la minorité musulmane de régions entières.

Harcelés, pillés, lynchés au quotidien par la population à majorité chrétienne, les musulmans, étrangers comme centrafricains, fuient le pays.

Le cycle infernal des tueries a été déclenché par des mois d'exactions en toute impunité contre les chrétiens perpétrées par des combattants majoritairement musulmans de la Séléka qui avaient pris le pouvoir à Bangui en mars 2013. En réaction des milices d'auto-défense majoritairement chrétienne, les anti-balaka, se sont formées.

Très rapidement elles ont attaqué les civils musulmans, à Bangui notamment, entraînant un exode depuis décembre de dizaines de milliers d'entre eux, sur fonds de lynchages et de pillages que les soldats français et africains ne parviennent pas à faire cesser.

Les chefs de l'Eglise catholique et de la communauté musulmane centrafricaines ont appelé vendredi à désarmer les civils "infiltrés" dans les églises et les mosquées pour neutraliser miliciens et pillards qui terrorisent le pays malgré le déploiement de forces internationales.

Catherine Samba Panza est à la tête de la Centrafrique depuis un mois. Elle tire un premier bilan du début de son mandat au micro de Philippe Randé et de l'AFP

L’Etat n’est pas présent partout dans le pays mais l’embrasement du pays a été évité

### ### Quel est le message que vous voulez faire passer aux musulmans centrafricains qui vivent dans la peur ? **Catherine Samba Panza** > Le gouvernement est conscient de ce qui se passe et fait les efforts nécessaires, mais il ne faut pas regarder uniquement les mauvaises choses.
### Ban Ki-moon a dit que la partition du pays est un scénario possible, est-ce aussi votre avis ? **Catherine Samba Panza** > Quand on voit le retrait de certains éléments de la Séleka vers le Nord-est on doit se sentir interpellés par cette situation
### Les députés français vont voter mardi à l’Assemblé nationale pour la poursuite ou pas de l’opération Sangaris. Quel message voulez-vous leur adresser **Catherine Samba Panza** > Ce n’est pas le moment d’abandonner la République centrafricaine
La France a déployé début décembre 1.600 hommes en Centrafrique, mais ce contingent qui agit officiellement en soutien des 6.000 hommes de la Misca n'a pas permis de faire cesser les violences et Paris a du annoncer l'envoi de 400 soldats supplémentaires.
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.