Le journaliste indépendant Charles Enderlin analyse pour France Inter le mode opératoire de l'armée israélienne, son rapport avec le pouvoir politique actuel alors que les Palestiniens s’apprêtent à manifester ce mardi au lendemain d'une journée sanglante.

"L'armée israélienne n'est pas une armée du maintien de l'ordre mais une armée de combat" explique Charles Enderlin.
"L'armée israélienne n'est pas une armée du maintien de l'ordre mais une armée de combat" explique Charles Enderlin. © AFP / Philippe Lissac

Après la mort de dizaines de Palestiniens tués par les tirs israéliens à Gaza ce lundi, le journaliste indépendant, et ancien correspondant de France 2 à Jérusalem, analyse pour France Inter le fonctionnement sur le terrain de l'armée israélienne. 

Comment se positionnent le soldats israéliens à Gaza ?

Charles Enderlin : Les soldats sont déployés sur une centaine de kilomètres entre Gaza et le territoire israélien. Des tireurs d'élite ont ordre de tirer selon la décision d'un officier se trouvant à côté de chaque tireur d'élite et qui détermine la cible. Les ordres sont d'empêcher absolument le passage en masse de manifestants palestiniens en territoire israélien. Ça, ce sont les ordres. 

En général, l'ordre aux tireurs d'élites est plutôt de tirer dans les jambes. Les ordres de tirer pour tuer, c'est uniquement dans le cas de Palestiniens armés de pistolets mitrailleurs ou d'armes de combat, s'ils s'approchent de la barrière et risquent de tirer sur les militaires. Là, normalement, ils tirent pour tuer. Les tireurs d'élite peuvent tirer à plusieurs centaines de mètres. Normalement à quelques dizaines de mètres, les militaires sont censés utiliser des balles en caoutchouc, mais elles peuvent également tuer.  Les tirs doivent être dirigés vers le bas du corps, c'est à dire blesser les jambes. Mais à certaines distances, on voit le résultat : vous avez des dizaines de morts.

Comment réagit l'état-major israélien ? 

C.E. : Depuis des mois, les responsables de l'armée font appel au gouvernement en disant que la situation humanitaire est catastrophique. Les Gazaouis ont quelques heures d’électricité par jour, pas d'eau potable... La situation va dégénérer. Lorsque les gens à Gaza regardent à quelques kilomètres de l'autre côté de la frontière, ils voient de l’électricité toute la nuit et les tourniquets qui arrosent les pelouses dans les localités israéliennes... Il était évident que cela devait exploser tôt ou tard. Le gouvernement a donné à l'armée un seul ordre : empêcher à tout prix  le passage de la frontière par des milliers de Palestiniens. L'armée tire à balles réelles, et le bain de sang auquel on a assisté hier risque de se reproduire.  

Qui dirige cette armée ?

C.E. : L'armée israélienne obéit aux ordres du gouvernement. Les soldats sont formés non pas au maintien de l’ordre, mais au combat. On l'a vu avec les soulèvements de Palestiniens de 1988 jusqu'à 2000 et la seconde intifada, ces situations s'achèvent régulièrement avec des tirs.  Il n'y a pas de grandes unités de maintien de l’ordre capables d'intervenir.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.