chad evans
chad evans © corbis

L'attaquant du club de Sheffield United est sorti de prison ce vendredi, deux ans et demi après sa condamnation pour viol. Une pétition circule pour empêcher son retour dans le football. Le débat fait rage en Angleterre, même dans la classe politique.

Ched Evans n'a jamais fait la Une des journaux de sport en Angleterre grâce à ses performances sportives mais pourtant, depuis deux jours, la presse britannique ne parle que de lui. En avril 2012, l'attaquant gallois de Sheffield United (troisième division) est reconnu coupable du viol d'une jeune fille de dix-neuf ans. Condamné à cinq ans de prison, il a finalement été libéré ce vendredi, après avoir purgé près de la moitié de sa peine. Ched Evans ne souhaite désormais qu'une seule chose : éxercer à nouveau son métier de footballeur.

Plus de 150.000 signatures contre son retour

Ched Evans doit prochainement s'entretenir avec les dirigeants de Sheffield pour savoir si le club accepte ou non son retour. De nombreux supporters réclament sa réhabilitation, mais d'autres ne veulent plus voir le Gallois porter leurs couleurs. Plus de 150.000 personnes ont signé une pétition en ligne pour qu'il ne rejoue plus à Sheffield United.

Jean Hatchet, le Britannique à l'origine de la pétition :

Le message donné (en réintégrant Ched Evans) est que les hommes qui commettent des crimes aussi atroces ne souffriront que d'une courte pénitence, alors que les femmes qu'ils violent souffriront pour le reste de leur vie. Le club de Sheffield United ne doit pas renforcer ce message.

Les politiques s'emparent du débat

Avant même que les dirigeants de Sheffield ne prennent une décision, la classe politique britannique ne se prive pas de commenter l'affaire.

Nick Clegg, le Vice-Premier ministre du Royaume-Uni :

Les propriétaires du club doivent y réfléchir à deux fois avant de prendre leur décision. Les footballeurs sont des modèles pour les plus jeunes.

Richard Caborn, ancien Ministre des Sports britannique :

Evans doit s'excuser et regretter publiquement son geste et prendre ses responsabilités de footballeur professionnel. Il doit donc clairement exprimer ses regrets. S'il le fait, il mérite une deuxième chance.

CInq ans après les faits, Ched Evans continue d'affirmer qu'il est innocent et demande la réouverture de son procès. Quant à la victime, elle a dû quitter sa ville natale car son nom a été publié sur les réseaux sociaux et les supporters de Sheffield ont lancé une campagne contre elle.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.