En ville, les couples conçoivent des enfants après l’âge de trente ans, à cause du coût qu’il suppose
En ville, les couples conçoivent des enfants après l’âge de trente ans, à cause du coût qu’il suppose © MaxPPP

Le Comité central chinois se réunit ce lundi pour quatre jours pour planifier les cinq années à venir. Au menu, notamment, un éventuel assouplissement de la politique de l’enfant unique.

a direction du Parti communiste chinois était réunie lundi à huis clos à Pékin, afin de fixer les grandes orientations du pays pour les cinq prochaines années, alors que la deuxième économie mondiale est confrontée à un net ralentissement. Les 375 membres du comité central du PCC sont rassemblés en plénum jusqu'à jeudi pour parler du 13e plan quinquennal "feuille de route" de la Chine communiste sur les plans économique, politique et sociétal de la période 2016-2020.

116 hommes pour 110 femmes

Outre le sujet-clé de la pollution, au menu du plénum, notamment, la politique de limitation des naissances, déjà assouplie fin 2013, pourrait l'être à nouveau, plusieurs experts d'agences officielles ayant appelé à permettre à tous les couples chinois d'avoir deux enfants afin d'enrayer le vieillissement de la population et l'inquiétant déséquilibre hommes-femmes (116/110). Aujourd’hui, une naissance non planifiée, que l’on appelle là bas « un enfant noir », peut coûter quatorze fois le revenu annuel à ses parents pour l’inscrire à l’état civil et le scolariser. Ainsi, un paysan du Guizhou avec quatre enfants, soit trois en trop au regard de la loi, s’est tranché les veines en disant à sa femme "à quoi bon les mettre au monde si on ne peut pas les éduquer". Sa veuve a obtenu ensuite compensation : une maison et des places à l’école.

Seulement un millions de naissances supplémentaires

La règle assouplie de l’enfant unique n’a pas produit l’effet escompté : seulement un million de naissances supplémentaires, dix fois moins que ce que le gouvernement escomptait. En ville, les couples conçoivent des enfants après l’âge de trente ans, à cause du coût qu’il suppose. Il s’agira donc pour le Parti d’assouplir encore, d’inciter, d'allonger le congé maternité, financer des crèches, et même enregistrer les enfants noirs pour les scolariser. Si l’on inclut les enfants des travailleurs migrants laissés au village pour les solariser en ville, cela fait plus de 60 millions d’enfants à régulariser selon l’UNICEF. Et si demain on généralise la politique du deuxième enfant, ce ne serait plus 11 mais 100 millions de couples qui pourrait choisir d’en avoir un deuxième. Ce qui ne serait pas synonyme de faire un enfant librement : il faudra toujours demander l’autorisation au planning familial.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.